Régionales : un ministre socialiste en faveur de listes communes avec Les Républicains entre le premier et second tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Une fusion des listes PS et LR aux Régionales ?
Une fusion des listes PS et LR aux Régionales ?
©Reuters

Union sacrée

Régionales : un ministre socialiste en faveur de listes communes avec Les Républicains entre le premier et second tour

D'après lui, si le FN arrive en tête au premier tour, les régions les plus convoitées pas le FN - et que le PS se trouve en troisième position, il serait alors judicieux de conclure des alliances.

Selon une information exclusive de France Info, un ministre influent du gouvernement socialiste serait en faveur de listes communes entre le premier et le second tour des élections régionales prochaines. L'identité du ministre demeure encore inconnue, mais sa proposition a déjà créé des remous à gauche comme à droite.

D'après lui, si le FN arrive en tête au premier tour -notamment en régions Nord-Pas-de-Calais/Picardie et Provence-Alpes-Côte-D'azur, régions les plus convoitées pas le FN- et que le PS se trouve en troisième position, il serait alors judicieux de conclure des alliances avec Les Républicains. Le but cet accord serait donc d'empêcher la victoire du FN tout en facilitant le vote du budget. Le ministre précise aussi, que si un tel "marché" était conclu, le PS renoncerait bien entendu aux postes de direction dans ces dites régions tout en conservant des sièges au sein de ces conseils régionaux.

A peine l'information révélée, PS et Républicains crient déjà à l'aberration. A gauche, certains qualifient cette idée de "baroque" ajoutant qu'il n'est pas "question de s’allier avec un parti qui flirte avec le FN". Chez Les Républicains on rigole en sourdine : "cest la panique, ils ont déjà perdu" confiait Gerald Darmin à France Info. Plus sérieusement, il affirme que s'allier avec le PS serait remettre en question l'idéologie même du parti, qui dans le Nord par exemple, s'est battu contre le PS. Un PS sans lequel le FN, d'après lui, n'aurait pas gagné en importance.

Lu sur FranceInfo.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !