Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
©MANDEL NGAN / AFP

Bras de fer

Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"

Le président français Emmanuel Macron avait estimé dans une interview publiée dans les colonnes de The Economist que l’Otan était en état de "mort cérébrale". Il avait également dénoncé "l’agression" de la Turquie en Syrie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié d’"inacceptables" les propos sur l’Otan d'Emmanuel Macron. Le dirigeant français avait estimé que l’Alliance était en état de "mort cérébrale". Il avait également dénoncé l’attitude de la Turquie en Syrie.

Erdogan a été "très déçu" par les déclarations de la France sur l’Otan, selon les propos de Donald Trump depuis le Bureau ovale.

"Je pense que le président (turc) n’a vraiment pas apprécié (..) et je pense que beaucoup d’autres gens ont eu la même réaction".

Le président turc était présent à Washington dans le cadre d'une visite d'Etat. Il a dénoncé les propos d'Emmanuel Macron en évoquant le fait que c'était "inacceptable". 

Le chef de l'Etat français avait déclaré la phrase suivante dans le cadre de son interview à The Economist : 

"Vous n’avez aucune coordination de la décision stratégique des États-Unis avec les partenaires de l’Otan et nous assistons à une agression menée par un autre partenaire de l’Otan, la Turquie, dans une zone où nos intérêts sont en jeu (…) Ce qui s'est passé est un énorme problème pour l'Otan". 

Emmanuel Macron évoquait ainsi l’intervention militaire turque en Syrie. 

L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !