L'ancien résistant Raymond Aubrac est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'ancien résistant Raymond Aubrac est mort
©

Carnet

L'ancien résistant Raymond Aubrac est mort

Il s'est éteint à 97 ans, mardi soir à Paris.

C'est l'une des grandes et l'une des dernières figures de la Résistance qui s'en est allée. Raymond Aubrac est mort mardi soir à l'hôpital militaire du Val de Grâce à Paris, à 97 ans.

Né Raymond Samuel au sein d'une famille de commerçants juifs, le jour de l'assassinat de Jean Jaurès, le 31 juillet 1914, à la veille de la Première guerre mondiale, il sera diplômé des Ponts et Chaussés avant de devenir Raymond Aubrac à son entrée dans la Résistance. Il y combattra avec sa femme Lucie, rencontrée à l'université de Harvard aux Etats-Unis, après avoir participé avec elle à la création de Libération Sud, un des premiers mouvements de contestation du régime de Vichy.

Il est arrêté en juin 1943 à Caluire (Rhône) avec Jean Moulin, qu'il était un des derniers à avoir connu. Après la Guerre, il était resté très actif dans la défense des libertés et de la laïcité, gardant tout son esprit et sa vivacité. En 1947 et 1950, il sera témoin à charge lors des deux procès du résistant René Hardy. Il assistera avec sa femme Lucie au procès du chef de la Gestapo Klaus Barbie à Lyon en 1987. En mars 2004, les Aubrac avaient, avec Stéphane Hessel et d'autres anciens résistants lancé un "Appel à la jeunesse", pour l'interpeller sur les acquis de la Résistance, menacés selon eux.

L'avocat et président de l'association des Fils et Filles de déportés juifs de France, Serge Klarsfeld a salué le "dernier grand acteur et dernier grand témoin" et a évoqué "un couple de légende" en se référant aussi à Lucie Aubrac. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !