Rafale : La France vend 24 appareils à l'Egypte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
24 Rafales ont été achetés par l'Egypte.
24 Rafales ont été achetés par l'Egypte.
©Reuters

Big deal

Rafale : La France vend 24 appareils à l'Egypte

L'Elysée a confirmé jeudi soir la première vente à l'export de l'avion construit par Dassault.

La malédiction du Rafale serait-elle en train d'être combattue ? Après la Corée-du-Sud, Singapour ou le Maroc, Dassault et la France connaissait l’humiliation. Fin 2013, le Brésil se retirait d'une vente pourtant bien avancée au profit d'un concurrent suédois. Il faut dire que le Brésil ne recherchait que des appareils pouvant surveiller ses côtes, rien à voir avec les capacités polyvalentes du Rafale, qui lui permettent des mission de protection en même temps que des mission de bombardement, un système électronique unique au monde ou une grande autonomie.

Jugé "invendable" ou "trop cher" en 2013, le Rafale est en vogue en 2014. Le président République a confirmé jeudi soir que la France a vendu 24 appareils à l'Egypte. Le pays va également acquérir une frégate multi-missions, le tout pour un peu plus de 5 milliards d'euros. L'Elysée a également indiqué que ce contrat s'était conclu "assez rapidement", l'Egypte voulant accroître sa sécurité sur son territoire mais aussi dans sa région.

L'intérêt de l'Egypte pourrait bien donner des idées à d'autres pays, moins frileux de dépenser 70 à 100 millions par appareils. Ainsi, l'Inde pourrait être intéressé par l'acquisition de 126 Rafales, quand on parle d'une trentaine pour le Qatar. Une bonne nouvelle pour les salariés de Mérignac, en Gironde, là où est assemblé l'appareil. S'il ne connaissait pas ce nouveau succès, la production aurait dû être ralentie à partir de 2016.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !