Rachida Dati pressée de payer sa dette de 5 000 euros au groupe UMP du Conseil de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Rachida Dati pressée de payer sa dette de 5 000 euros au groupe UMP du Conseil de Paris
©

Pression

Rachida Dati pressée de payer sa dette de 5 000 euros au groupe UMP du Conseil de Paris

Rachida Dati, maire du VIIe depuis 2008, n'a pas payé durant la campagne des municipales la contribution de 5 000 euros demandée à chaque tête de liste d'arrondissement pour le compte de la candidate à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Il faut payer pour participer à la vie du groupe". Ce mercredi 4 juin, le député-maire du XVIe arrondissement de la capitale Claude Goasguen, a invité Rachida Dati à régler les 5000 euros qu’elle devait au groupe UMP du Conseil de Paris. 

Le 9 avril, lors d'une réunion du groupe pour élire sa nouvelle présidente Nathalie Kosciusko-Morizet, son trésorier Pierre Gaboriau avait déjà rappelé à l'ordre les mauvais payeurs. "Ceux qui ne payent pas ne doivent plus avoir d'investiture", s’était alors insurgé Claude Goasguen. Mais "aucun règlement de la part de Rachida Dati n'est intervenu" depuis, a indiqué à l'AFP le premier vice-président du groupe, Jean-François Legaret. "Tout le monde est en règle sauf elle", a-t-il ajouté. 

Selon L'Opinion, Rachida Dati, maire du VIIe depuis 2008, n'a pas  payé durant la campagne des municipales la contribution de 5 000 euros demandée à chaque tête de liste d'arrondissement pour le compte de la candidate à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet. Pierre Lellouche, numéro deux sur la liste du VIIIe, serait quant à lui redevable de 3 500 euros. Contacté par l'AFP, il a reconnu ne pas avoir versé sa "quote-part" pour la campagne de NKM, à cause d'un "différend politique".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !