Quand Ségolène Royal se prend pour l'égérie de Delacroix dans le "Parisien Magazine" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Quand Ségolène Royal se prend pour l'égérie de Delacroix dans le "Parisien Magazine"
©

En couv'

Quand Ségolène Royal se prend pour l'égérie de Delacroix dans le "Parisien Magazine"

L'élue socialiste a choisi cette mise en scène pour incarner le courage.

Le Parisien Magazine compte-t-il se spécialiser dans les unes insolites consacrées aux cadres du Parti socialiste ? Après avoir transformé Arnaud Montebourg en égérie de la marinière made in France, l'hebdomadaire a fait poser Ségolène Royal dans une mise en scène évoquant La liberté guidant le peuple, d'Eugène Delacroix.

"J'entends déjà dire que je me prends pour Jeanne d'Arc", s'est amusée la présidente de la région Poitou-Charentes lors de la séance photo. Celle-ci s'est déroulée le 15 octobre dernier et les photos ont été prises par le photographe Ed Alcok. La candidate à la présidentielle de 2007 avait le choix entre plusieurs figures symbolisant le courage telles que les Femen ou Simon Veil mais a préféré le tableau peint par Delacroix en 1830.

La photographie amuse évidemment les internautes qui ont déjà largement commencé à la détourner, via un jeu de nos confrères du Lab d'Europe 1 (à vous de jouer). Mais derrière cette prise de vue originale, se cache un message politique. "Il faut savoir prendre des décisions difficiles, au risque de n'être pas entendu par tous. Oser des réponses neuves quand les anciennes ne fonctionnent plus. Et prendre le risque de décisions impopulaires", explique Ségolène Royal, qui ne demande qu'une chose à François Hollande : "Osez, monsieur le président".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !