Quand François Baroin expliquait à Alain Juppé qu'il voulait quitter "l'UMP et sa dérive droitière" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Quand François Baroin expliquait à Alain Juppé qu'il voulait quitter "l'UMP et sa dérive droitière"
©Reuters

Confessions

Quand François Baroin expliquait à Alain Juppé qu'il voulait quitter "l'UMP et sa dérive droitière"

Le maire de Bordeaux a livré cette anecdote pour expliquer son étonnement face au ralliement du maire de Troyes à Nicolas Sarkozy.

Dans le numéro hebdomadaire de Paris Match, Alain Juppé se livre… et en profite pour régler quelques comptes. Le candidat à la primaire de la droite et du centre raconte notamment une anecdote illustrant…l’inconstance politique de François Baroin. Ce dernier a été très clairement avancé comme futur Premier ministre de Nicolas Sarkozy si ce dernier remportait la primaire, puis l'élection présidentielle. Un choix qui a fait grincer quelques dents, notamment en raison de la personnalité de François Baroin, qui a longtemps déclaré son admiration pour Jacques Chirac bien plus que pour Nicolas Sarkozy.

Et Alain Juppé a lui aussi fait part de ses doutes. Aux journalistes de l'hebdomadaire, l'ancien Premier ministre a évoqué son étonnement de voir le maire de Troyes rejoindre l'ancien chef de l'Etat. Et pour cause, selon lui, il voulait quitter l'UMP à cause de la "dérive droitière" de Sarkozy.  "Sa décision m’a surpris, explique Alain Juppé. Je me souviens qu’un jour il est venu me voir pour me dire: 'Je vais quitter l'UMP. Je n’en peux plus de cette dérive droitière'." Alain Juppé ne précise cependant pas à quelle date François Baroin lui aurait parlé de cette décision.

A LIRE AUSSI : Après la semaine noire de Nicolas Sarkozy, la semaine clé d'Alain Juppé

 

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !