Proposition de trêve de l'Egypte pour Gaza : Israël l'accepte, le Hamas la rejette en l'état | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Proposition de trêve de l'Egypte pour Gaza : Israël l'accepte, le Hamas la rejette en l'état
©

Diplomatie

Proposition de trêve de l'Egypte pour Gaza : Israël l'accepte, le Hamas la rejette en l'état

Médiateur lors des précédentes crises entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, Le Caire a proposé un cessez-le-feu à partir de 06H00 GMT ce mardi 15 juillet.

Une semaine après le déclenchement de l’offensive israélienne sur la bande de Gaza, Israël a accepté une proposition égyptienne de trêve. En revanche, cette dernière a été écartée en l’état par le Hamas palestinien. Médiateur lors des précédentes crises entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, Le Caire a proposé une trêve à partir de 06H00 GMT ce mardi 15 juillet. Dans le même temps, le secrétaire d'Etat américain John Kerry est attendu en Egypte.

Dans la nuit de lundi 14 à mardi 15 juillet, le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a rejeté tout cessez-le-feu. En effet, il réclame un accord complet sur le conflit qui l’oppose à Israël. "En temps de guerre, on ne cesse pas le feu pour ensuite négocier", a déclaré Fawzi Barhoum, un porte-parole du Hamas, à l'AFP.La branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a également rejeté la proposition égyptienne, qualifiée de "reddition". Elle a par ailleurs menacé d'"intensifier" sa lutte contre Israël. Le Hamas exige la fin des bombardements et du blocus de Gaza, qui dure depuis 2006. Il réclame également l'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte et la libération des prisonniers arrêtés de nouveau après avoir été relâchés dans le cadre de l'accord d'échange du soldat israélien Gilad Shalit en 2011.

L'Egypte, qui a dévoilé son plan peu avant l'ouverture d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, prévoit un "arrêt total des hostilités aériennes, maritimes ou terrestres". L’initiative évoque également l'ouverture dans la foulée de négociations sur l'entrée des biens et des personnes dans l'enclave palestinienne sous blocus. Enfin, le Caire propose d'accueillir, sous 48 heures après l'entrée en vigueur de la trêve, les délégations palestinienne et israélienne afin d’entamer un dialogue.

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !