Propos de Hollande sur la lâcheté de la justice : les deux plus hauts magistrats de France parlent d'une "humiliation" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Propos de Hollande sur la lâcheté de la justice : les deux plus hauts magistrats de France parlent d'une "humiliation"
©Reuters / Stéphane Mahe

Colère

Propos de Hollande sur la lâcheté de la justice : les deux plus hauts magistrats de France parlent d'une "humiliation"

Pour le premier président de la Cour de Cassation, Bertrand Louvel, ces déclarations posent "un problème institutionnel".

Des propos qui ne passent pas. Ce jeudi, le premier président, Bertrand Louvel, et le procureur général près de la Cour de cassation, Jean-Claude Marin ont dénoncé une "humiliation" et un problème institutionnel, après les propos de François Hollande sur les magistrats. Dans le livre Un Président ne devrait pas dire ça..., les journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet rapportent que le président de la République aurait en effet tenus des déclarations très critiques sur la justice, qualifiée "d'institution de lâcheté".

Selon les deux journalistes du Monde, il aurait indiqué : "Cette institution, qui est une institution de lâcheté... Parce que c'est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On n'aime pas le politique. La justice n'aime pas le politique..."

Le premier président de la Cour de Cassation, Bertrand Louvel, a déclaré lors d'une audience solennelle que ces commentaires posaient "un problème institutionnel" et reproché à François Hollande de "diffuser parmi les Français une vision dégradante de leur justice". Le procureur général, Jean-Claude Marin, a ajouté que l'entretien de mercredi soir entre François Hollande et les deux hommes "n'avait pas atténué le sentiment que la magistrature avait ressenti face à une nouvelle humiliation."

A LIRE AUSSI : Confidences hara-kiri : ce PS que François Hollande voulait liquider au profit d’un parti du Progrès… mais à quoi aurait ressemblé la gauche que le président n’a finalement pas eu le courage de réinventer ?

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !