Procès AZF : Total mis hors de cause mais sa filiale Grande Paroisse condamnée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Procès AZF : Total mis hors de cause mais sa filiale Grande Paroisse condamnée
©

Justice

Procès AZF : Total mis hors de cause mais sa filiale Grande Paroisse condamnée

La cour d'appel de Toulouse a tranché ce lundi 24 septembre, plus de 10 ans après la catastrophe.

Trois ans de prison, dont un an ferme pour homicides involontaires par "négligence ou imprudence". C'est ce à quoi a été condamné Serge Biechlin, l'ancien directeur de l'usine AZF de Toulouse dont l'explosion avait fait 31 morts et des milliers de blessés en 2001. Il devra également verser une amendes de 45 000 euros. "La cour déclare Serge Biechlin et la société Grande Paroisse coupables d'avoir par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou en commettant une faute caractérisée qui exposait autrui à un risque (...) involontairement causé la mort [des victimes]", a déclaré le président de la Cour, Bernard Brunet.

Si la filiale de Total, Grande paroisse, qui exploitait l'usine a été condamnée à verser 225 000 euros d'amende, les plaintes déposées contre Total et son ancien PDG Thierry Desmarets ont été jugées irrecevables. La Cour d'appel de Toulouse a attribué l'accident à un mélange de deux produits chimiques incompatibles, suivant ainsi l'accusation. 

Le 21 septembre 2001, une explosion s'était produite dans l'usine chimique AZF de Toulouse. La déflagration avait alors ravagé des quartiers entiers de la ville et causée la mort de 31 personnes, faisant plus de 2500 blessés. La catastrophe AZF est souvent considérée comme la pire catastrophe industrielle française depuis la Seconde Guerre mondiale.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !