Primaire UMP : Sarkozy est un "candidat comme les autres" estime Guillaume Peltier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Nicolas Sarkozy comme les autres auront à me convaincre de leur volonté farouche de réformer la France" assure Guillaume Peltier.
"Nicolas Sarkozy comme les autres auront à me convaincre de leur volonté farouche de réformer la France" assure Guillaume Peltier.
©Reuters

Libre arbitre

Primaire UMP : Sarkozy est un "candidat comme les autres" estime Guillaume Peltier

Le co-fondateur de la "Droite forte" a aussi appelé l'UDI à sceller une "union totale" avec l'UMP.

Le fondateur du courant "La Droite forte", Guillaume Peltier, assure qu'il ne soutiendra pas systématiquement Nicolas Sarkozy pour la primaire UMP de 2016. Lors d'un entretien sur l'antenne d'i>Télé, le chef de file de l'UMP dans la région Centre a déclaré : "J'ai été l'un des porte-parole de Nicolas Sarkozy en 2012. (...) J'ai beaucoup rencontré Alain Juppé, Bruno Le Maire, Xavier Bertrand et tant d'autres. Nicolas Sarkozy comme les autres auront à me convaincre de leur volonté farouche de réformer la France". 

"Nicolas Sarkozy fut un grand homme d'État entre 2007 et 2012, mais on a manqué collectivement, et lui aussi puisqu'il était notre leader, d'audace et de courage pour aller encore plus loin dans les réformes (...) J'ai regardé 2007-2012, j'ai regardé son retour, je salue sa capacité incontestable, son énergie à rassembler un parti fragmenté et divisé, ça, personne ne peut l'enlever. Je reconnais sa capacité à emmener notre famille politique à la victoire, on l'a vu aux départementales, mais aujourd'hui j'ai un certain nombre de questions et de doutes sur la volonté farouche des ténors de ma famille politique à réformer en profondeur notre pays. J'aime trop mon pays pour soutenir uniquement par fidélité un candidat parmi d'autres" a ajouté Guillaume Peltier.

Le co-fondateur de la "Droite forte" a aussi appelé l'UDI à sceller une "union totale" avec l'UMP : "Comment peut-on demander à l'UMP de se retirer en Normandie, en Bourgogne, en Franche-Comté ou dans la région Centre, quand je vois que l'UDI continue de contester le leadership de Valérie Pécresse en Ile-de-France, quand je vois Jean-Christophe Lagarde (...) dire qu'il n'est pas question de participer à la primaire d'union de la droite et du centre pour l'élection présidentielle" a-t-il estimé.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !