Présidentielles 2017 : Cécile Duflot part à la chasse aux parrainages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielles 2017 : Cécile Duflot part à la chasse aux parrainages
©Reuters

À votre bon cœur

Présidentielles 2017 : Cécile Duflot part à la chasse aux parrainages

Sur France Inter ce 27 juin, l'ancienne ministre écologiste du Logement a annoncé le lancement de son site Internet de campagne pour 2017.

Invitée sur France Inter ce lundi, Cécile Duflot s'est tout d'abord exprimée sur le "oui" au referendum de Loire Atlantique de la veille, qui valide la construction de l'aéroport de Notre-Dame des Landes, regrettant une "bataille perdue pour l'écologie". Non sans une certaine véhémence à l'égard du "regard légèrement méprisant" de Patrick Cohen :

"Est-ce que c'est un projet bon pour l'écologie et bon pour le développement local ? Je pense que non. Et je pense que non sur des éléments fondés.", déclare la députée de Paris à propos du "oui" à Notre Dame des Landes au micro de France Inter.

"C'est ce que Chevènement appelle 'l'idéologie boniste'.  Vous êtes les bons. Les autres sont les mauvais.", lui rétorque Patrick Cohen.

"Je n'aime pas du tout votre façon de réagir, lui répond Cécile Duflot. Je trouve qu'en fait, ces derniers temps, après ce qu'il s'est passé dans beaucoup d'endroits et notamment en Angleterre, j'ai écouté votre radio depuis quelques jours, ceux qui critiquent le résultat du Brexit, ils trouvent ça normal. À partir du moment où on a les mêmes convictions depuis 40 ans, nous avons, écologistes, les mêmes convictions depuis 40 ans, si vous m'aviez invitée il y a 20 ans, vous vous seriez sans doute, au lieu de faire ce petit regard légèrement méprisant, carrément moqué de moi.", s'emporte-t-elle.

En parallèle, Cécile Duflot a annoncé le lancement de son site Internet "je signe pour l'écologie" en vue de la Présidentielle de 2017. Outre la récolte des données personnelles des utilisateurs qui s'engagement à "signer pour l'écologie", le site, sis à la permanence de la députée, donne le ton dès le haut de sa page. "Vous connaissez un-e élu-e qui soutient l’écologie ?", peut-on lire sur un lien en haut à droite de la page.

Motif invoqué par le site, recueillir les tant convoitées 500 signatures nécessaires à l'obtention d'une place sur la ligne de départ des élections présidentielles en France.

Créditée de 3% dans les sondages, l'ancienne coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale jusqu'à sa dissolution en mai dernier, compte bien sur un peu d'auto-promotion, avant de laisser sa place à Nicolas Hulot, comme elle l'avait annoncé, si ce dernier venait à briguer la candidature écologiste pour 2017.

"Je souhaite que l'écologie soit majoritaire. Moi je vais lancer un site internet qui s'appelle jesignepourlecologie.fr parce que je veux que ces idées et ce projet soient représentés. Tout le monde se positionne sur des questions personnelles, moi je veux faire campagne pour l'écologie. Je serai peut-être candidate ou peut-être pas, mais je veux faire campagne pour l'écologie parce que ces valeurs-là ces idées-là on doit les défendre aujourd'hui", déclare-t-elle sur les ondes de France Inter ce lundi.

Lire aussi : Bye bye Duflot ? Pourquoi EELV mise tout sur une candidature de Nicolas Hulot

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !