Présidentielle : TF1 et France 2 organiseront des débats avant le premier tour de scrutin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : TF1 et France 2 organiseront des débats avant le premier tour de scrutin
©

Inédit

Présidentielle : TF1 et France 2 organiseront des débats avant le premier tour de scrutin

Emmanuel Macron serait sceptique à l'idée de participer à cette nouvelle émission, selon L'Express.

Pour la première fois, des débats seront organisés entre les différents candidats à l'élection présidentielle avant le premier tour de scrutin, selon L'Opinion. Le premier aura lieu le 20 mars sur TF1 et le second le 23 mars sur France 2.  D'après le quotidien, ces joutes verbales concerneront uniquement les "meilleurs" candidats à l'Élysée. La sélection sera établie en fonction des intentions de vote des Français. Ils devraient donc réunir cinq voire six personnes : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. La présence de François Bayrou – s’il venait à être candidat – et de Nicolas Dupont-Aignan [qui réclame ce genre de débat d'avant-premier tour depuis longtemps, NDRL] reste encore à confirmer. "L’organisation a été l’objet d’un micmac entre les deux chaînes rivales", indique L'Opinion, qui précise que l'hypothèse d'un débat unique retransmis en même temps sur TF1 et France 2 n'est pas tout à fait enterrée.

Macron refuse d'y participer…

Le leader d'En Marche !, qui n'a pas participé au débat de la gauche, serait sceptique à l'idée de participer à cette nouvelle émission qui le confronterait aux autres candidats à l'élection présidentielle, selon les informations recueillies par L'Express. "Si c'est un format dans lequel on peut donner notre avis, notamment pour contrer Marine Le Pen sur des sujets de fond, on fera le débat", se justifie l'entourage d'Emmanuel Macron. "Mais si c'est juste pour faire de l'entertainment, il ne faut pas compter sur nous." 

La réponse de l'ancien ministre de l'Économie n'étonne pas ses concurrents. "Il est celui qui a le plus à perdre dans un débat", analyse un proche de Benoît Hamon. "Cela me paraît compliqué s'il manque un candidat qui est donné à 20% dans les sondages", note, de son côté, le vice-président du FN Florian Philippot.

Lu sur L'Opinion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !