Présidentielle : que révèlent les déclarations de patrimoine des candidats ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : que révèlent les déclarations de patrimoine des candidats ?
©

Scanner

Présidentielle : que révèlent les déclarations de patrimoine des candidats ?

Ce mercredi, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a publié les déclarations des onze candidats en lice pour l'Elysée.

Les candidats à l'élection présidentielle doivent être transparents sur leur patrimoine cette année. Leur déclaration a donc été publiée par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique sur son site internet mercredi soir. François Fillon possède trois biens immobiliers : un manoir dans la Sarthe, de 3 162 mètres carrés et estimé à 750 000 euros ; une autre maison dans la Sarthe, dont il possède 33 %, pour une valeur de 41 300 euros, plus une maison dans les Pyrénées-Atlantiques dont il détient 44,3 % pour une valeur vénale de 134 000 euros. Sa société de conseil, 2F Conseil, est évaluée à 97 888 euros dans la déclaration de patrimoine rendue publique mercredi, soit 86 000 euros de plus que ce que M. Fillon avait déclaré en décembre 2016 et ce qui avait été publié en février sur le site de campagne.

Marine Le Pen déclare des parts de sociétés civiles immobilières (SCI), pour des montants que la candidate n’a pas souhaité noter aux parties dédiées de sa déclaration, les renvoyant aux annexes. Le Monde note que la présidente frontiste a acquis en 1998, par donation, 28,5 % d’un bien de 120 mètres carrés dans le Morbihan, pour une valeur détenue de 67 852 euros sur 238 000 et détient 20,5 % d’une maison de 382 mètres carrés dans les Hauts-de-Seine évaluée à près d’un million d’euros.

Pas de maison ou d’appartement pour Emmanuel Macron. Le leader d'En Marche! ne déclare aucun bien immobilier. C'était déjà le cas en 2014, lorsqu'il était entré au gouvernement, sa résidence du Touquet étant au nom de sa femme. Il ne déclare pas non plus de voiture. Une avance sur les droits d'auteur de son livre, Révolution est inscrite pour plus de 274.000 euros. Benoît Hamon possède deux appartements : l’un de 108 mètres carrés, en 2016, pour 700 000 euros ; l’autre de 62 mètres carrés, dix ans plus tôt, pour 112 000 euros. Le candidat socialiste déclare également posséder une Opel Corsa. Son rival de gauche, Jean-Luc Mélenchon, se déclare quant à lui propriétaire d'un appartement et d'une maison. Son patrimoine net serait estimé à 965.000 euros.

Nicolas Dupont-Aignan a aussi investi ans la pierre. Le candidat de Debout la France, déclare un appartement de 105 mètres carrés à Paris évalué à 1,3 million d’euros, auxquels s’ajoutent cinq biens dans la capitale et une maison dans l’Essonne.

Philippe Poutou ne déclare quasiment rien. Excepté quelques comptes bancaires, le candidat possède juste une Peugeot 3008 achetée 20.000 euros en 2012, et qui n'en vaudrait plus qu'à peu près 9.000 aujourd'hui. Peu de choses aussi pour Nathalie Arthaud. La candidate de Lutte ouvrière possède moins de 9.000 euros en cumulant son compte courant, son livre A, un CEL et un compte joint. Elle déclare également avoir un appartement acheté à crédit qu'elle continue de rembourser (estimé à 248 700 euros) et une Citroën C3 achetée il y a dix ans.

Jean Lassalle déclare un appartement, deux maisons et un terrain non bâti pour un montant total d’environ 700 000 euros. Ardent pourfendeur de l’euro, François Asselineau a décidé de déclarer en francs tous ses achats immobiliers réalisés avant l'arrivée de l'euro. On apprend ainsi que son appartement principal lui a coûté 3 millions de francs. Le candidat est aussi propriétaire de deux appartements en Polynésie française. Jacques Cheminade possède, lui, notamment une "collection d'objets préhistoriques et précolombiens

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !