Présidentielle : Macron se montre hostile à un second débat à 11 sur France 2 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : Macron se montre hostile à un second débat à 11 sur France 2
©ERIC FEFERBERG / AFP

Pas content

Présidentielle : Macron se montre hostile à un second débat à 11 sur France 2

Après Mélenchon, le leader d'En Marche a aussi fait part de ses réticences.

Alors que deux débats entre 11 candidats à l'élection présidentielle devraient avoir lieu le 4 avril sur BFMTV et CNEWS, puis le 20 avril sur France 2, certains participants se montrent réticents. Le premier à avoir fait part de son mécontentement était Jean-Luc Mélenchon. Peu de temps après, Emmanuel Macron a eu la même réaction.

>>> À lire aussi : Et maintenant le ralliement de sénateurs UDI à Emmanuel Macron : les risques d'un paysage politique où le seul clivage serait entre centristes et extrêmes 

Lors d'une conférence de presse destinée à clarifier les contours de son éventuelle future majorité présidentielle, le leader d'En Marche ! a répondu à une question concernant les deux débats à venir. C'est alors que l'ancien locataire de Bercy a expliqué qu'il ne souhaitait qu'"un seul débat à 11", ajoutant qu'il ne fallait pas que celui-ci ait lieu "à la dernière minute". En effet, le dernier débat se déroulera à 72 heures du premier tour de l'élection présidentielle.

Ainsi, l'ex-ministre de l'Économie semble indiquer son intention de ne finalement pas participer à cette ultime confrontation. Emmanuel Macron a précisé qu'il s'en remettait au CSA pour l'organisation de l'événement entre les différentes chaînes de télé.

>>> À lire aussi : Patrimoine d'Emmanuel Macron : ces questions qui demeurent en suspens malgré la validation de la HATVP

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !