Présidentielle : François Bayrou estime que Nicolas Dupont-Aignan fait "n'importe quoi" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : François Bayrou estime que Nicolas Dupont-Aignan fait "n'importe quoi"
©Reuters

Scud

Présidentielle : François Bayrou estime que Nicolas Dupont-Aignan fait "n'importe quoi"

Le leader de Debout la France a, de son côté, condamné le "déchaînement médiatique" en faveur d'Emmanuel Macron.

"On m'aurait dit “Dupont-Aignan va rejoindre le Front national”, je vous assure que je ne l'aurais pas cru". Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, Français Bayrou a fait part de sa surprise quant au soutien du président de Debout la France à Marine Le Pen en vue du second tour de l'élection présidentielle. "Il a été mon collaborateur il y a 25 ans. Il était à l'époque, à gauche, rocardien. Ayant très souvent parlé avec lui pendant ces 25 années, ayant eu des relations tout à fait respectueuses et amicales".

Celui qui soutient officiellement Emmanuel Macron a poursuivi : "Ce qui s'est passé avec Nicolas Dupont-Aignan marque l'affaiblissement moral auquel la vie politique du pays s'est abandonnée", a regretté le président du MoDem. "Il y a là quelque chose qui montre à quel point on en est venu à faire n'importe quoi. A quel point des hommes qui se présentaient comme des témoins de moralité, sont capables d'en venir à des attitudes d'abandon de tous les principes qu'ils avaient soutenus à travers du temps".

A LIRE AUSSI : Des conséquences du soutien de Nicolas Dupont Aignan à Marine Le Pen : suicide politique ou ébauche d’une nouvelle union des droites ?

Peu après, Nicolas Dupont-Aignan lui a succédé dans l'émission. Au micro, le maire de Yerres a évoqué "un déchaînement médiatique en faveur de Monsieur Macron. "Est-ce que vous avez vu les insultes inouïes que j'ai reçues pour simplement avoir osé faire un choix politique? Est-ce qu'on est encore en démocratie ?" s'est-il interrogé. 

Martelant que Marine Le Pen" n'était pas une femme d'extrême droite", il a rajouté : "si Monsieur Macron, Hollande junior, est élu dimanche, le pays sera foutu. Le choix n'est pas entre Madame Le Pen et Monsieur Macron. La future présidente de la République si c'est Monsieur Macron qui est élu, ça sera Madame Merkel".

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !