Présidentielle : France 2 maintient son débat du 20 avril… malgré les probables absences et les polémiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : France 2 maintient son débat du 20 avril… malgré les probables absences et les polémiques
©AFP

Flop en vue

Présidentielle : France 2 maintient son débat du 20 avril… malgré les probables absences et les polémiques

Rien ne va plus depuis que Jean-Luc Mélenchon a indiqué qu'il ne s'y "rendrait pas en toute hypothèse".

Il y a aura bien un grand débat de la présidentielle le 20 avril prochain sur France 2. Reste à savoir avec qui… Le 29 mars, sur son blog, Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la date ne lui "convenait pas" et qu'"en toute hypothèse" il ne s'y "rendrait pas". Emmanuel Macron lui emboîté le pas le jour-même, alors que Marine Le Pen et François Fillon se montrent désormais clairement hésitants.

Selon un article du Figaro, France 2 a réuni ce jeudi les représentants des onze prétendants à l'Elysée afin d'évoquer les modalités du débat, auquel les candidats ont tous été conviés le 31 janvier dernier. Mais la réunion aurait fait chou blanc. "Dans un souci de dialogue et au service du débat citoyen, France Télévisions a proposé aujourd'hui d'autres dates ou une adaptation du format de l'émission", a rapporté le groupe audiovisuel public dans un communiqué. "Aucune de ces propositions n'ayant rencontré de consensus, France Télévisions renouvelle son invitation à débattre le jeudi 20 avril sur France 2"..

Signe des tensions actuelles autour de cette campagne présidentielle, David Assouline, l'un des deux représentants de Benoît Hamon, et Juliette Prados, en charge de la presse pour Jean-Luc Mélenchon auraient eu un échange plus que musclé à la sortie de la réunion, selon RTL. Le premier a reproché à l’équipe de la France Insoumise d’avoir tout fait pour que ce débat n’ait pas lieu, alors que la date était connue depuis le 1er mars.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !