Présidence de l'UMP : "Il y a d'autres candidats qui peuvent l'emporter" selon Xavier Bertrand | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Xavier Bertrand à France Info ce mardi matin
Xavier Bertrand à France Info ce mardi matin
©Capture

Pronos

Présidence de l'UMP : "Il y a d'autres candidats qui peuvent l'emporter" selon Xavier Bertrand

Sur France Info ce mardi matin, le candidat à la primaire 2016 note qu'il y a une "baisse particulièrement importante" de Nicolas Sarkozy dans les sondages.

Les relations entre Xavier Bertrand et Nicolas Sarkozy sont franchement assez fraîches. L'ancien président de la République avait d'ailleurs "oublié" de citer le candidat à la primaire UMP lors de son discours appelant au rassemblement. Alain Juppé, François Fillon et même Bruno Le Maire avaient été nommés. Pas Bertrand, franchement hostile à un retour de l''ex-chef de l'Etat. La guerre entre les deux hommes est déclarée depuis quelques mois. 

Ce mardi matin sur France Info, le député de l'Aisne a noté la baisse "particulièrement importante de Nicolas Sarkozy dans les derniers sondages (-9% dans Ipsos-Le Point) : "Je ne suis pas commentateur, les sondages ça va ça vient. Cette baisse est étonnante, elle est particulièrement importante alors que dans le même temps on nous dit qu'il y a un intérêt pour l'UMP. Pour lui, la victoire de Nicolas Sarkozy n'est pas assurée. "Il y a d'autres candidats qui peuvent l'emporter" pronostique-t-il.

Puis Xavier Bertrand a exposé ses idées pour la France. Le député a en effet défendu l'idée d'un contrat unique"Le contrat unique permet d'éviter des millions de salariés pour ainsi dire de seconde zone vis-à-vis des banques. Quand vous êtes en CDD, pour vous loger, pour avoir la confiance d'un propriétaire, d'un banquier pour acheter une maison ou même acheter une voiture, bon courage !" a-t-il expliqué.

Enfin, le candidat à la primaire de l'UMP a prôné la fermeté contre les djihadistes français. Il faut "empêcher leur retour" car ils sont"présumés coupables". Selon lui, "cette justice d'exception existe dans certains pays comme l'Angleterre. Et c'est compatible avec la cour européenne des droits de l'Homme. Il faut savoir ce que l'on veut et déjà ne pas être naïfs. Ceux qui sont partis faire le djihad et qui reviennent sont aujourd'hui, pour moi, présumés coupables et en veulent à nos libertés et à notre sécurité. Nous avons pris des mesures pour compliquer le départ. Mais maintenant c'est d'empêcher le retour" a-t-il expliqué.

lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !