Premier cas d’Ebola en Espagne : l’état de la patiente "a empiré" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'état de santé de Teresa Romero se serait dégradé
L'état de santé de Teresa Romero se serait dégradé
©Reuters

Inquiétude

Premier cas d’Ebola en Espagne : l’état de la patiente "a empiré"

L’hôpital a concédé que l’état de santé de Teresa Romero s’est dégradé. Sept personnes supplémentaires ont été placées en observation. Un médecin a rendu un rapport accablant sur les conditions de sa prise en charge.

"L’état de santé de Teresa a empiré". Les mots de José Manuel Romero, le frère, ont été confirmés par l’hôpital Carlos III de Madrid sans toutefois apporter davantage d’informations. La patiente ne souhaite pas que l’on communique sur son état de santé. D’après le frère de Teresa Romero, cette dernière "présente des problèmes pulmonaires et une équipe de 14 médecins va tenter un autre traitement pour tenter d’améliorer l’état de santé de ma soeur."

Outre l’aide soignante contaminée, sept autre personnes ont été placées en observation, ce jeudi. Deux médecins et un infirmier ont également été admis la veille. Parmi eux, le médecin urgentiste qui a soigné Teresa Romero, Juan Manuel Parra. En tout, ce sont 84 personnes qui sont attentivement suivies par l’hôpital.

Un rapport accablant a été rendu public ce jeudi par le médecin qui a soigné Teresa Romero. Il critique en effet les conditions de sa prise en charge en citant "une combinaison aux manches trop courtes, des demandes de transfert sans réponse…" D’après lui, il a appris le résultat du test positif pour Ebola par la presse. 

Pour rappel, l’aide soignante, Teresa Romeo a fait partie d’une équipe ayant traité deux religieux espagnols contaminés par le virus en Afrique et décédés le 12 août et le 25 septembre. Les proches de Teresa Romero ont affirmé sur Europa Press qu’ils étaient "plus effrayés que jamais" après l’annonce de la dégradation de l’état de santé de la patiente. Ils ont ajouté ne pas souhaiter "continuer à entendre des accusations contre elle parce qu’elle elle l’unique victime."

Lu sur El Mundo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !