Pour Yanis Varoufakis, le Grexit est une façon pour l'Allemagne de faire plier la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Yanis Varoufakis
Yanis Varoufakis
©Reuters

Accusations

Pour Yanis Varoufakis, le Grexit est une façon pour l'Allemagne de faire plier la France

L'ancien ministre des Finances affirme dans une tribune au Guardian que Berlin veut la sortie de la Grèce pour effrayer les Français et les convertir à l'austérité.

L'ombre de l'Allemagne plane sur Paris. A en croire l'ex-ministre des Finances  grec Yanis Varoufakis, le Grexit serait un bon moyen de rallier la France à sa politique économique "disciplinaire" de Berlin. "Ma conviction est que le ministre allemand des Finances veut que la Grèce soit évincée de la monnaie unique pour susciter une crainte de tous les diables chez les Français et leur faire accepter son modèle d'une zone euro disciplinaire" lâche Varoufakis dans une tribune au Guardian. "Schäuble est convaincu qu'en l'état actuel des choses, il lui faut un 'Grexit' pour mettre les choses au clair, d'une façon ou d'une autre."

Celui qui a été évincé au lendemain du référendum et n'a pas participé au vote de la nuit dernière n'est pas tendre avec l'homme fort des finances allemandes. "Une large majorité au sein de l’Eurogroupe - sous l’influence de Schäuble - a adopté le Grexit comme solution privilégiée ou comme arme de choix contre notre gouvernement" accuse-t-il, soulignant qu'une sortie de la Grèce serait bien plus longue qu'on ne le pense. "Le Grexit serait l’équivalent de l’annonce d’une forte dévaluation plus de 18 mois à l’avance : une recette pour liquider tout le stock de capital grec et le transférer à l’étranger par tous les moyens possibles."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !