Pour Nicolas Sarkozy, "Les Républicains" c'est "un combat, un projet et une vision de l'avenir de la France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Nicolas Sarkozy, "Les Républicains" c'est "un combat, un projet et une vision de l'avenir de la France"
©Reuters

Bon avocat

Pour Nicolas Sarkozy, "Les Républicains" c'est "un combat, un projet et une vision de l'avenir de la France"

Dans une lettre aux adhérents du parti publiée dans Valeurs actuelles daté de jeudi, il défend le nom validé par le bureau politique de l'UMP.

"Les Républicains". Le nom a été validé mardi soir par le bureau politique de l'UMP mais Nicolas Sarkozy souhaite vraiment que les militants qui donneront leur avis en votant, adoptent cette nouvelle dénomination. Ainsi, pour défendre ce nom, il a écrit une lettre aux adhérents du parti publiée dans Valeurs actuelles daté de jeudi.

Et pour lui, le mouvement "Les Républicains", c'est "d'abord un combat, un projet et une vision de l'avenir de la France". "Avant d'être gaullistes, libéraux, chrétiens-démocrates, centristes, radicaux, nous sommes attachés à l'idéal républicain. Nous sommes nombreux à penser que la République a trop reculé face aux entorses multiples qui sont faites à ses principes" a-t-il écrit. Sa lettre devait être envoyée mercredi soir par mail aux adhérents, à un peu plus de trois semaines du congrès qui se tiendra le 30 mai à la Grande Halle de la Villette à Paris. 

Nicolas Sarkozy insiste encore et argumente. "En proposant de nous appeler Les Républicains, nous voulons montrer la volonté de ne céder en rien face à ce qui, au quotidien, affaiblit la République. L'application sans faiblesse des principes républicains n'est plus un choix, c'est une nécessité qui doit devenir notre priorité" lance-t-il ajoutant que "le mouvement Les Républicains fera de la démocratie interne sa règle de fonctionnement" et que "la parité sera respectée". Avec Les Républicains, "nous allons franchir une étape décisive sur le chemin de l'alternance" finit le président de l'UMP.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !