Pour Najat Vallaud-Belkacem, Mélenchon "ne fait qu'agiter du vent" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
A la veille de la manifestation du Front de gauche à Paris, le PS fait front.
A la veille de la manifestation du Front de gauche à Paris, le PS fait front.
©Reuters

Boulets roses

Pour Najat Vallaud-Belkacem, Mélenchon "ne fait qu'agiter du vent"

Le premier secrétaire du PS Harlem Désir estiment pour sa part que ses "vociférations n'alimentent finalement que l'exaspération".

A la veille de la manifestation du Front de gauche à Paris, le Parti socialiste fait front contre la personne de Jean-Luc Mélenchon.

Interrogée par la presse à Soustons, où elle participait au week-end organisé par le Mouvement des Jeunesses Socialistes, Najat Vallaud-Belkacem a estimé que la formule du "coup de balai", le mot d'ordre retenu initialement pour la manifestation de dimanche, "résume à elle seule l'impuissance politique dont est porteur Jean-Luc Mélenchon".

"Si c'est pour renvoyer tout le monde dos à dos, si c'est pour mettre tous les responsables politiques, gauche, droite, dans un même sac, on sait à quoi cela conduit", a indiqué la porte-parole du gouvernement. "Nous, ce dont on parle aujourd'hui, ce sont des réformes pragmatiques qui ont vocation à changer la vie des Français (...)", alors que Jean-Luc Mélenchon, "malheureusement, à coup de grandes formules, ne fait qu'agiter du vent".

"Je dis à Jean-Luc Mélenchon, la gauche, ce n'est pas la vocifération, c'est l'action au service de la justice sociale, pour la refondation de l'école (...)", a souligné pour sa part Harlem Désir. "On a besoin que toute la gauche, aujourd'hui, se mobilise pour l'action, pour l'emploi, pour la justice sociale (...) Et il n'y a pas une gauche, celle de Jean-Luc Mélenchon, qui gagnera contre le reste de la gauche", a-t-il ajouté. "Ses vociférations n'alimentent finalement que l'exaspération", a poursuivi le Premier secrétaire du PS.

Selon lui, la stratégie du co-président du Parti de Gauche, "au sein même du Front de gauche, divise".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !