Pour François Hollande, la presse "pardonne tout" à Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour François Hollande, la presse "pardonne tout" à Emmanuel Macron
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Caliméro

Pour François Hollande, la presse "pardonne tout" à Emmanuel Macron

L'ancien président de la République n'aurait pas apprécié le manque de reconnaissance de son successeur sur son bilan.

Il y a encore quelques semaines on aurait pu croire qu'il était parti faire un tour du monde en solitaire. Désormais, il ne se passe pas une journée sans que l'on reparle de François Hollande. A son départ de l'Elysée, l'ancien chef de l'Etat avait – sur les conseils de ses amis – entrepris une cure de silence. C'est ce que révèle Paris Match dans un article publié jeudi.

"C’était dur pour lui de se taire, je voyais qu’il n’était pas bien", confie çà l'hebdomadaire Bernard Poignant, un proche. Mais au début, il encaisse, donc. A son vieil ami Jean-Pierre Jouyet, il déplore tout de même : "J’aurais abandonné des promesses au bout de deux mois, j’aurais été étrillé par la presse. Lui, on lui pardonne tout…"

Mais les bons chiffres de l'économie française cet été vont finir par le rendre furieux. L'ancien président de la République aurait en effet très mal pris qu'on ne fasse pas référence à son action. "Hollande aurait aimé plus d’élégance et un discours plus équilibré" rapporte Michel Sapin dans Paris Match. L'ex-leader socialiste va alors faire usage de sa liberté de ton, et avertir notamment son sucesseur sur les "sacrifices" demandés aux Français. Le 22 août dernier, François Hollande a également déclaré devant les journalistes :  "J’avais hérité d’une situation très difficile qui était celle de la crise. Mon successeur a une situation meilleure, mais tant mieux".

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !