Popularité : Valls en chute libre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Popularité : Valls en chute libre
©POOL New / Reuters

Sondage

Popularité : Valls en chute libre

Mnuel Valls perd six points de popularité, à 24% d'opinions positives, selon un sondage BVA pour Orange et iTÉLÉ.

L’exécutif continue de battre des records d'impopularité dans les sondages, sur fonds de crise liée à la contestation de la loi travail. Selon un sondage BVA pour Orange et iTÉLÉ publié samedi, Manuel Valls perd six points de popularité et, avec 24% de bonnes opinions, réalise son plus mauvais résultat dans ce sondage depuis son arrivée à Matignon en 2014. 

A gauche, il a perdu trois points auprès des sympathisants du Parti socialiste mais reste majoritairement soutenu (59% de bonnes opinions), alors que l’extrême gauche l'a complètement lâché : il chute de treize points et ne recueille plus que 8% d'opinions positives.

En revanche, la cote de François Hollande reste stable avec 19% des sondés ayant une bonne opinion du chef de l’État. C'est une stabilité en trompe l'oeil : la part des sondés ayant une "très mauvaise opinion" du président augmentent de deux points à 52%. De plus, si François Hollande gagne un point auprès des sympathisants du PS (57%), il en perd dans le même temps six auprès des sympathisants d'extrême gauche (16%).

Parmi les autres personnalités dont la cote d'influence a été testée, Alain Juppé est toujours en tête, malgré une perte de quatre points à 46%. Emmanuel Macron perd trois points à 45% et Nicolas Sarkozy gagne huit points auprès des sympathisants de la droite et du centre (44%), et même de dix points chez les sympathisants des Républicains (63%).

Dans ce contexte de tensions sociales, Jean-Luc Mélenchon, porte-voix du Parti de gauche, gagne 3 points (23%).

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1.348 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas), recrutées par téléphone, puis interrogées les 23 et 24 mai par internet.

Lu sur La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !