Pollution de l'air dans le métro parisien : une association porte plainte contre la RATP pour tromperie aggravée et blessures involontaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Capteur de pollution dans la station Chatelet à Paris
Capteur de pollution dans la station Chatelet à Paris
©Photo association Respire

Santé

Pollution de l'air dans le métro parisien : une association porte plainte contre la RATP pour tromperie aggravée et blessures involontaires

L'ensemble des usagers des transports en commun parisiens seraient exposés à des risques sanitaires considérables

« La RATP entretient une forme d’omerta sur la pollution de l’air dans le métro. Elle prétend qu’il n’y a pas de problème. Mais il faut dire la vérité aux gens. Le déni de la RATP est une composante essentielle du problème » selon Olivier Blond, directeur de l'association Respire.

Toujours selon Respire : "l’ensemble des usagers des transports en commun parisiens sont exposés à des risques sanitaires considérables. Cependant, la RATP s’abstient délibérément d’alerter les usagers de son réseau sur les risques qu’ils encourent".

L'association donne un exemple : "dans la station Châtelet, les valeurs mesurées par la RATP elle-même dépassent presque tous les jours 50 µg/m3 pour les PM10, soit la valeur d’un pic de pollution en extérieur. Elles ont atteint 109 µg/m3 le 25 novembre 2020 et 480 µg/m3 le 7 janvier 2016.

C’est la raison pour laquelle Respire dépose plainte contre la RATP pour tromperie aggravée et blessures involontaires. Respire a confié à Maître Julia Cancelier, avocate au barreau de Paris, le soin de mener en son nom cette action devant les tribunaux.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !