Piratage de Sony : "L'interview qui tue" disponible sur Internet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Piratage de Sony : "L'interview qui tue" disponible sur Internet.
Piratage de Sony : "L'interview qui tue" disponible sur Internet.
©Sony Pictures

Déception

Piratage de Sony : "L'interview qui tue" disponible sur Internet

Si la diffusion du film est une victoire pour la liberté d'expression, cela n'en fait pas un chef d'oeuvre pour autant. En effet, les critiques évoquent un "humour graveleux" voire "potache"...

Alors que Sony Pictures avait dans un premier temps renoncé à la sortie en salles de "L’interview qui tue", le film est finalement disponible à la location ou à la vente sur Internet depuis mercredi 24 décembre au soir. Vous pourrez le trouver sur Google Play, YouTube Movies, Xbox Video de Microsoft et sur www.seetheinterview.com pour 5,99 dollars à la location et 4,99 dollars à la vente. Il devrait également sortir dans une centaine de cinémas américains ce jeudi 25 décembre. 

Après avoir été victime d’une cyberattaque, Sony avait d’abord renoncé à diffuser son film-qui met en scène un complot d’assassinat fictif du dictateur nord-coréen Kim Jung-un-au grand dam de nombreux acteurs et réalisateurs qui avaient dénoncé une grave atteinte à la liberté d’expression et une victoire des terroristes. Des politiques s’étaient également insurgés contre la décision de Sony que Barack Obama avait même qualifié "d'erreur". Mardi, le groupe a finalement changé d’avis et autorisé la sortie limitée de "L’interview qui tue". "Nous n'avons jamais abandonné l'idée de distribuer L'interview qui tue ! et nous sommes heureux que notre film sorte (...) le jour de Noël", avait alors déclaré le directeur général de Sony Michael Lynton.

Mais si l'Occident se félicite aujourd'hui de la sortie du film, cela n'en fait pas un chef d'oeuvre. Loin de là, si l'on en croit les critiques... Frédéric Autran de RTL, lui reproche notamment son humour "graveleux" et ses "scènes improbables". Europe 1, quant à elle, évoque "un film à l'humour très potache et assez vulgaire. "C'est un film qui aurait pu passer relativement inaperçu s'il n'était pas devenu une affaire d'Etat. Sony pourrait presque remercier les hackers et la Corée du Nord pour ce coup de pub formidable", résume Charlotte Aix de France Info.

Et les critiques ne sont pas plus tendre Outre-Atlantique. Le Boston Globe juge le film "simplet et gore" et Journal de Montréal se demande si finalement "la Corée du Nord n'a pas voulu nous rendre service en empêchant la sortie d'un terrible, terrible, film. Pas parce qu'il est gênant pour Kim Jong Un mais complètement embarrassant pour toutes les personnes impliquées dans sa création", écrit le journal. "La Corée du Nord peut dormir tranquille: l'Amérique s'en sort aussi moins bien que la République populaire démocratique de Corée dans "The Interview", une satire présumée qui est aussi drôle que la pénurie alimentaire communiste [...]  une sorte d'attaque terroriste à tout public ayant une tolérance limitée pour les blagues de pénétration anale", conclut Variety. 

Tout ça pour ça ! 

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !