Philippines : le président Duterte se dit favorable au mariage gay | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Philippines : le président Duterte se dit favorable au mariage gay
©Romeo Ranoco / Reuters

Mariage pour tous

Philippines : le président Duterte se dit favorable au mariage gay

"Si cela ajoute à votre bonheur, je suis pour", a déclaré Rodrigo Duterte à des associations LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

Le président philippin Rodrigo Duterte, souvent critiqué pour ses déclarations polémiques, ses discours populistes et ses méthodes violentes dans la lutte contre les trafiquants de drogue, a créé la surprise ce dimanche en se déclarant favorable au mariage entre personnes de même sexe.

Invité à s'exprimer lors d'un rassemblement LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) à Davao, ville où il a été maire, il a déclaré : "J'ai dit que j'étais favorable au mariage (entre personnes du même sexe) dans la mesure où cela s'inscrit dans une tendance observée dans les temps modernes", a-t-il dit. "Si cela ajoute à votre bonheur, je suis pour", a-t-il ajouté.

Il y a un an, plusieurs représentants de l'Eglise catholique philippine avaient exprimé leur opposition à un projet de loi sur le mariage homosexuel, porté par un proche de Rodrigo Duterte. "Pourquoi imposer une moralité qui ne fonctionne plus et est presque obsolète ?", a dit Duterte, critiquant sans les nommer les responsables de l'Eglise. "Alors, je suis avec vous".

Il a demandé aux associations LGBT de nommer un représentant chargé de travailler avec son gouvernement sur cette question.

Avant de devenir président du pays, Duterte avait été le premier maire à avoir fait signer une ordonnance "anti-discrimination" dans sa ville de Davao.

Lu dans Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !