La peur du noir, à l'origine de l'insomnie? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Difficile de dormir quand on a peur du noir
Difficile de dormir quand on a peur du noir
©Flickr/kellyhogaboom

Noir c'est noir

La peur du noir, à l'origine de l'insomnie?

Une étude canadienne démontre que les mauvais dormeurs associent l'obscurité à leur incapacité à s’endormir.

Nuits blanches, insomnies...Et si la peur du noir était derrière tout cela? 

Une nouvelle étude, réalisée par l'Université Ryerson à Toronto, établit le lien entre les deux. La recherche est toutefois encore à un stade préliminaire; d'autres études seront nécessaires, préviennent les scientifiques. 

Selon Colleen Carney, directrice du laboratoire sur le sommeil et la dépression de l'université, les phobies comme la peur de l'obscurité peuvent être traitées avec succès par une thérapie du comportement. Attention, car cette technique couramment utilisée dans le traitement de l'insomnie, pourrait intensifier la peur du noir chez le patient.  

On conseille souvent aux personnes qui souffrent de problèmes de sommeil de ne pas rester dans leur lit si elles n'arrivent pas à dormir. On leur suggère plutôt d'aller dans une autre pièce pour lire, ou s'occuper autrement, jusqu'à ce qu'elles trouvent le sommeil. Or, pour la scientifique, cette méthode risque d'accroître leur peur du noir.

Ce type d’insomnie devrait donc être traité différemment. En effet, les chercheurs ont constaté que la moitié des participants à leur étude, des étudiants, se réveillent la nuit par peur du noir. L’étude révèle un facteur peu connu de l’insomnie, qui peut être difficile à admettre par certains adultes.

Les chercheurs ont confirmé ce facteur en mesurant les clignotements des yeux des participants en réponse à des bruits soudains, durant la nuit. Alors que les « bons » dormeurs ne sourcillent pas, les insomniaques réagissent d’autant plus que l’obscurité est profonde. 

"Les mauvais dormeurs associent l'obscurité à leur incapacité à s’endormir", explique Taryn Moss, auteur principal de l'étude. Cela pose la question du nombre de personnes ayant cette phobie et non traités. Les auteurs rappellent que si les traitements de l'insomnie sont très efficaces, tout le monde n’y répond pas et de nouvelles approches doivent être développées. Des mesures simples peuvent être conseillées, comme éviter l'obscurité, mais la phobie aussi devrait être aussi traitée.

25% des Français souffrent d’insomnie et 18 % ressentent une sensation de fatigue régulière au réveil. Pour se préparer au sommeil, l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) recommande de diminuer l’éclairage au sommeil (lumières tamisées,  lampes de chevet...).

Lu sur Santé Log

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !