Pesticides "tueurs d'abeilles" : le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction, confirme Matignon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pesticides "tueurs d'abeilles" : le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction, confirme Matignon
©Reuters

Agriculture

Pesticides "tueurs d'abeilles" : le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction, confirme Matignon

Cette interdiction devrait rentrer en vigueur à partir de 2018, même si des dérogations restent possibles jusqu'en 2020.

Contestant les informations de la radio RMC, Matignon a confirmé lundi que le gouvernement ne reviendrait pas sur l'interdiction des néonicotinoïdes. Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture, avait pourtant laissé entendre le contraire quelques heures plus tôt. 

Du côté du gouvernement, les réponses à ce sujets sont divergentes. En effet, le ministre de la Transition écologique a affirmé à RMC que le document de travail n'était plus d'actualité et que les pesticides tueurs d'abeilles resteraient interdits. En même temps, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a déclaré à la radio que la question n'était pas tranchée... 

Ce sujet épineux a même donné lieu lundi à un petite passe d'armes entre le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot et celui de l'Agriculture Stéphane Travert. 

>>>> À lire aussi : Les abeilles reconnues espèce en voie de disparition : la fin de l’humanité prédite par Einstein est-elle devant nous ?

Cette interdiction a été votée l’année dernière car les néonicotinoïdes sont susceptibles de décimer les colonies d'abeilles. Elle devrait entrer en vigueur à partir de 2018, toutefois des dérogations restent possibles jusqu’en 2020. Son assouplissement ferait partie du projet de loi dit de "simplification"

Selon un document de travail à l'appui obtenu par RMC, cette interdiction va plus loin que le cadre fixé par l'Union européenne. En l’assouplissant le gouvernement souhaite renforcer l’attractivité économique de l’Hexagone. Selon ce même texte, l’Etat pense qu'il y a également "surtransposition" dans le cas des épandages aériens de pesticides, également interdits d’usage sauf en cas d'urgence.

Lu sur RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !