Perquisition chez Google : "des mois" voire "des années" pour analyser les données collectées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Perquisition chez Google : "des mois" voire "des années" pour analyser les données collectées
©Reuters

Un début

Perquisition chez Google : "des mois" voire "des années" pour analyser les données collectées

La chef du parquet national financier (PNF), a détaillé ce dimanche l'enquête pour fraude fiscale visant Google France.

Des "téraoctets de données" auraient été collectées lors de la perquisition du PNF au siège parisien de Google France le 24 mai dernier, "au moins autant que Panama Papers peut-être même plus", estime Eliane Houlette, chef du parquet financier dimanche 29 mai sur Europe 1.

L'analyse de ces données devrait durer "plusieurs mois, j'espère que ce ne sera pas plusieurs années", a indiqué Mme Houlette, avant d'ajouter qu'elle regrettait que les enquêteurs n'aient pas les "logiciels extrêmement performants" qui leur permettraient d'aller "beaucoup plus vite". "C'était la grande opération du PNF...", Google étant "quand même la plus grande entreprise en termes de capitalisation au monde. (…) Un peu le combat de David contre Goliath...", a-t-elle annoncé sur les ondes d'Europe 1.

Un enquête financière menée dans le plus grand secret, explique Mme Houlette au micro de Jean-Pierre Elkabbach. Son nom de code, "opération Tulipe".

À l'origine de cette opération d'ampleur contre le géant de l'Internet américain, une enquête préliminaire ouverte le 16 juin 2015 après une plainte de l'administration fiscale.

"Nous l'avons traitée en totale confidentialité, compte tenu de l'activité de cette société", relate Eliane Houlette. "Pour assurer cette confidentialité parfaite, nous avons décidé de donner un autre nom (à l'opération), Tulipe, et de ne jamais prononcer le nom Google. Nous avons travaillé ce dossier uniquement hors réseau, hors connexion (...) pendant presque un an, avec un ordinateur mais uniquement en traitement de texte", a-t-elle ajouté.

Du côté de Google France, on se montre "coopératif" :

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !