PenelopeGate : François Fillon affirme détenir des preuves contre François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
PenelopeGate : François Fillon affirme détenir des preuves contre François Hollande
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Affaire

PenelopeGate : François Fillon affirme détenir des preuves contre François Hollande

"Cette opération a été montée, je le prouverai (…) J'ai toutes les indications pour poursuivre ceux qui ont fait ça. J'ai les dates, les jours les personnes, qui ont communiqué les documents, etc.", a déclaré le candidat.

Deux jours après le débat entre les 11 candidats à l'élection présidentielle, l'ancien Premier ministre a évoqué jeudi matin au micro de France Inter l'affaire dite du "PenelopeGate", dont François Hollande est selon lui à l'origine. 

"Il y a eu des moments difficiles dans cette affaire, je n'ai pas toujours bien dormi, mais je pense que ceux qui sont à l'origine de cette affaire ne dormiront pas bien à l'avenir (…) Le moment venu, je poursuivrai tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire", a notamment assuré François Fillon. 

>>>> À lire aussi : Derrière les questions de François Fillon sur l'existence d'un cabinet noir, ces nombreux organismes et officines français qui n'hésitent pas à impacter le cours normal de la politique

Sur le plateau de France 2, le vainqueur de la primaire de la droite et du centre avait estimé que le chef de l'État entretenait "un cabinet noir", notamment "pour l'empêcher de se présenter". 

"Cette opération a été montée, je le prouverai (…) J'ai toutes les indications pour poursuivre ceux qui ont fait ça. J'ai les dates, les jours les personnes, qui ont communiqué les documents, etc.", a poursuivi François Fillon au micro de France Inter. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !