Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pau agression réfugiés
©CHRISTOPHE SIMON / AFP

Agression

Pau : un responsable d'un centre d'accueil de réfugiés a été tué au couteau par un Soudanais

La victime a reçu plusieurs coups de couteau. L'auteur des faits a été interpellé. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, va se rendre sur les lieux. 

Un responsable d'un centre d'accueil de réfugiés de Pau a été tué ce vendredi 19 février, en fin de matinée. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'agresseur serait un demandeur d'asile soudanais qui lui a porté plusieurs coups de couteau, d'après des informations du Figaro.
 
Le directeur du Centre d'accueil pour demandeurs d'asile était âgé de 46 ans et père de famille. Il a succombé à ses blessures peu après l'agression. Son agresseur, un Soudanais de 38 ans, a pu être interpellé. 
 
Selon les premiers éléments de l'enquête, l'agression s'est déroulée vers 11h00. 
 
Le principal suspect est un demandeur d'asile qui ne vivait pas au centre, mais y avait été pris en charge par le passé. Il venait de se voir refuser son statut de réfugié par l'Ofpra, de sources policières et municipales.
 
Connu de la police pour des faits de violence, l'auteur des faits avait effectué un passage en prison, mais il était inconnu des services de renseignement. 
 
Selon une source proche du dossier, l'attaque n'est pas considérée comme terroriste.
 
Gérald Darmanin a adressé ses "sincères condoléances à la famille de la victime et ses proches". Le ministre de l'Intérieur se rendra à Pau "en fin d'après-midi pour rencontrer les personnels de l'association ainsi que les élus". 
 
Ce Centre d'accueil de demandeurs d'asile est un centre de 257 places qui offre aux demandeurs d'asile et réfugiés un "accompagnement global mais adapté à chaque situation familiale ou personnelle", et propose des hébergements dans différents quartiers de la ville.
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !