Patrick de Maistre maintenu en détention | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Patrick de Maistre maintenu en détention
©

Affaire Bettencourt

Patrick de Maistre maintenu en détention

La demande de remise en liberté de l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, poursuivi pour "abus de faiblesse et abus de biens sociaux", a été rejetée.

La Cour d'appel  de Bordeaux vient de confirmer le placement en détention de Patrick de Maistre, ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, accusé "d'abus de faiblesse et abus de biens sociaux" à l'encontre de la milliardaire.

Écroué le 23 mars, Patrick de Maistre a comparu hier devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Bordeaux pour demander sa remise en liberté. Cette dernière a été rejetée, mais un examen médical par un cardiologue a néanmoins été ordonné par la chambre de l'instruction afin de vérifier la "compatibilité de son état de santé avec la détention."

La justice s'interroge notamment sur un possible financement frauduleux de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Patrick de Maistre a en effet effectué deux retraits de 400 000 euros chacun juste avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2007.

"Je n'ai rien fait de ce qui m'est reproché, j'ai seulement travaillé. Ce que je n'ai pas fait, c'est arrêter un système qui existait depuis 40 ans", a déclaré Patrick de Maistre, faisant apparemment référence à la façon dont circulait l'argent chez les Bettencourt.

François Fillon a estimé jeudi sur France Inter qu'on pouvait "s'étonner sur les raisons qui conduisent" à la mise en détention de Patrick de Maistre, avant de se rétracter, disant qu'il "regrettait" sa phrase et la "retirait".


François Fillonpar franceinter

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !