Une partie de larynx synthétique transplantée pour la première fois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une partie de larynx synthétique transplantée pour la première fois
©

Sans voix

Une partie de larynx synthétique transplantée pour la première fois

C'est une première étape vers la création de boîtes vocales complètes.

Des chirurgiens russes ont réussi à greffer une partie de larynx synthétique à un patient. Sa particularité : il a été créé en prélevant des cellules souches de la moelle épinière du malade, cellules qui ont été implantées sur une structure artificielle.

La partie du larynx reconstruite est le cartilage cricoïde, sur lequel le larynx vient se reposer, et qui limite les échanges respiratoires. Il fait environ cinq centimètres de long et se situe en haut de la trachée. Il s’agit donc d’une partie relativement facile à recréer, mais l’équipe en charge de la greffe note que la performance a surtout résidé dans le fait de recréer un organe à partir de cellules souches d’un patient, au lieu de le prélever sur un autre donneur, comme cela se fait habituellement.

Cette opération, qui a été réalisée à deux reprises, est la première étape avant la création de boîtes vocales complètes.

Les deux patients, une femme de 34 ans et un homme de 28 ans, ont eu leur boîte vocale endommagée lors d’accidents de la route, après lesquels ils avaient perdu l’usage de leur voix. Après l’opération, tous deux ont pu parler et respirer normalement.

La priorité des chercheurs est maintenant de créer un larynx complet. "J’ai espoir que nous y arrivions dans un futur proche", a expliqué Paolo Macchiarini, de l’Institut Karolinska à Stockholm, le responsable de l’équipe qui a mené l’opération.

Lu sur The New Scientist

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !