Particules fines : alerte pollution en Ile-de-France jusqu'à mardi 26 février | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nuage de pollution atmosphérique sur Paris.
Nuage de pollution atmosphérique sur Paris.
©

Pic

Particules fines : alerte pollution en Ile-de-France jusqu'à mardi 26 février

Le coupable est le chauffage, très abondant à cause des grands froids depuis dimanche. Les personnes fragiles doivent éviter l'activité physique.

Airparif a annoncé que l'épisode de pollution atmosphérique qui a débuté dimanche se poursuit lundi en région parisienne. Cette pollution aux particules fines s'explique par le pic de froid, qui entraine une augmentation du chauffage polluant. En effet, les particules fines sont dégagées par la combustion du bois, des carburants, etc. Dans les grandes concentrations urbaines et lors des grands froids, le chauffage au bois est donc davantage responsable de la pollution que les moteurs diesels.

Le pic de pollution de dimanche s'explique aussi par le passage au-dessus de la France de masses d'air chargées de particules fines en provenance du nord-est de l'Europe, a indiqué à l'AFP Fabrice Joly, ingénieur chez Airparif.

L'organisme chargé de la surveillance et de la qualité de l'air en Ile-de-France avait déclenché l'alerte samedi a minuit. Ce seuil dit "d'information" est atteint lorsque la concentration de particules fines PM10 dépasse 50 microgrammes par m3 d'air pendant 24 heures consécutives. Le retour à la normale n'est prévu qu'à partir de mardi.

L'Agence régionale de la santé (ARS) conseille aux personnes fragiles (enfants, personnes âgées, asthmatiques et insuffisants respiratoires chroniques) d'éviter "toutes les activités physiques et sportives intenses" et de "privilégier les activités calmes".

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !