Paris : un campement de 1500 migrants évacué dans le calme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Paris : un campement de 1500 migrants évacué dans le calme
©Capture d'écran Youtube

Intervention

Paris : un campement de 1500 migrants évacué dans le calme

Un important dispositif policier avait été mis en place. Les personnes évacuées doivent être conduits dans des centres d'hébergement, situés en Ile-de-France.

Tôt ce vendredi matin, un campement de migrants comptant au moins 1500 personnes, a été évacué dans le calme, selon un journaliste de l’AFP. Situé dans le nord de Paris, entre les stations de métro Jaurès et Stalingrad, ce campement réunissait des Soudanais, des Afghans et des Érythréens, et grossissait depuis plusieurs semaines. Selon la préfecture de région (qui menait l'opération avec la préfecture de police, l'Office français d'immigration et d'intégration (Ofii) et les associations Emmaüs solidarités et France Terre d'Asile), environ 50 bus étaient prévus. Un important dispositif policier avait été mis en place. Les personnes évacuées doivent être conduits dans des centres d'hébergement, situés en Ile-de-France.

Emmanuel Cosse, la ministre du Logement, était sur place. "Il y a beaucoup de familles avec enfants, plus que d'habitude. Ils vont évidemment être pris en charge" a-t-elle déclaré. La ministre a estimé que "la situation était compliquée" car il fallait reconstituer des places pour loger les migrants. Elle a évoqué la possibilité "d’autres opérations".

Depuis juin 2015, les campements se forment et se reforment dans les quartiers proches de la plateforme de France Terre d'asile et de la gare du Nord. Pour lutter contre l'implantation de ces campements indignes, Paris a décidé d'ouvrir à la mi-octobre un centre d'accueil humanitaire. Ce dernier gérera la prise en charge les migrants pendant quelques jours, avant de les répartir sur des structures d'hébergement plus pérennes en régions.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !