Paris : des élus devront publier leurs rencontres avec les "lobbies" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Paris : des élus devront publier leurs rencontres avec les "lobbies"
©Reuters

Transparence

Paris : des élus devront publier leurs rencontres avec les "lobbies"

La maire est également concernée.

La loi Sapin II prévoit que les représentants d'intérêts - les "lobbies" - déclarent les rendez-vous avec les exécutifs locaux à partir de juillet 2018. Pour la capitale, il s'agit de la maire, les adjoints à délégation de fonction ou de signature, le directeur, les directeurs adjoints et chefs de cabinet de la maire. Mais le Conseil de Paris a décidé d'aller plus loin.

>>> À lire aussi : Conseil de Paris : sondage exclusif sur le profond dépit des Parisiens à l’égard d’Anne Hidalgo

Ce mardi 21 novembre, en approuvant une extension de son code de déontologie, il a déterminé qu'à partir de janvier 2018, les élus de l'exécutif (dont les adjoints et les maires d'arrondissements) de la Ville de Paris devront publier leurs rencontres avec les représentants des "lobbies". Pour aller plus loin dans la "transparence et la prévention des conflits d'intérêts", ils devront informer des rendez-vous tenus avec les "représentants d'intérêts" répertoriés par la Haute autorité de transparence de la vie publique, via une application dédiée.

Des lobbies "cherchent à peser sur nos décisions"

La "question de la transparence dans le mode de prise de décisions publique est fondamental", a déclaré Mao Péninou, adjoint au Conseil de Paris de la maire Anne Hidalgo. "Le problème n'est pas d'accuser ou jeter la suspicion sur X ou Y. Il s'agit d'être transparent avec les citoyens sur les modes de décision. Ne négligeons pas le poids des lobbies. Ils cherchent à peser sur nos décisions", a-t-il précisé.

>>> À lire aussi : Armée, services de renseignements, lobbies : faut-il surveiller davantage les groupes de pression qui auraient les moyens de déstabiliser la démocratie française ?

En outre, une commission de déontologie, installée en 2015, examinera les déclarations de patrimoine et d'intérêts des collaborateurs du cabinet de la maire, ainsi que des directeurs de cabinet des adjoints. Ceci n'était obligatoire jusqu'à présent que pour les élus, le directeur de cabinet et le chef de cabinet de la maire.

Lu sur L'Express

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Armée, services de renseignements, lobbies : faut-il surveiller davantage les groupes de pression qui auraient les moyens de déstabiliser la démocratie française ?Conseil de Paris : sondage exclusif sur le profond dépit des Parisiens à l’égard d’Anne HidalgoEmploi fictif d'Anne Hidalgo : le témoignage qui accable la maire de ParisFermeture des voies sur berges : un rapport accablant

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !