Pape François : en visite à Strasbourg, le souverain pontife va exposer sa vision de l'Europe aux eurodéputés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Pape François : en visite à Strasbourg, le souverain pontife va exposer sa vision de l'Europe aux eurodéputés.
Pape François : en visite à Strasbourg, le souverain pontife va exposer sa vision de l'Europe aux eurodéputés.
©Reuters

Message d'espoir

Pape François : en visite à Strasbourg, le souverain pontife va exposer sa vision de l'Europe aux eurodéputés

Au cours des quatre petites heures qu’il passera dans la ville ce mardi 25 novembre, François prendra la parole devant le Parlement européen, puis devant le Conseil de l’Europe.

Alors que l’Europe est tiraillée entre chômage, immigration, débats de société et menace d’une guerre froide contre la Russie, le pape François espère lui redonner un élan d’espoir. C’est pourquoi, il se rend à Strasbourg ce mardi 25 novembre, dans le cadre d’une visite purement institutionnelle. Au cours des quatre petites heures qu’il passera dans la ville, il prendra la parole devant le Parlement européen, où siègent les élus des vingt-huit pays membres, puis devant le Conseil de l’Europe, organisation intergouvernementale qui représente quarante-sept Etats. Il s’entretiendra aussi avec le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, le président en exercice de l'UE, l'Italien Matteo Renzi, et le président de la Commission, Jean-Claude Juncker. Ses fidèles devront se contenter de suivre ses discours sur un écran géant devant la cathédrale de Strasbourg.

Invité par le président du Parlement européen, le socialiste allemand Martin Schulz, le pape François ne vient pas en tant que "chef d'État" mais fort de la "grande autorité que lui reconnaît une bonne partie de la communauté internationale", a déclaré son porte-parole Federico Lombardi. Mais tout le monde n’est pas favorable à cette visite : l’eurodéputé français Jean-Luc Mélenchon (gauche radicale) a estimé, au nom de la laïcité, que le pape n'avait "rien" à faire à Strasbourg et, en signe de protestation, une femen ukrainienne s'est exhibée, seins nus, sur l'autel du choeur de la cathédrale de Strasbourg. Mais pour Martin Schulz, cette visite pourrait "sortir l'Europe de sa torpeur". Par ailleurs, elle ne représente en rien "une attaque contre la laïcité", a-t-il assuré dans une tribune au quotidien du Vatican, l'Osservatore Romano. 

Car le message du pape devrait surtout avoir une dimension sociale. Selon lui, les catholiques doivent apporter leur "contribution propre" au projet européen en défendant "la solidarité avec les exclus", a expliqué le secrétaire d'État du Vatican Pietro Parolin. Aussi, aujourd’hui, François devrait rappeler aux Européens leur longue histoire de l'immigration et leur devoir d’accueillir les immigrés en respectants leurs différences.Il devrait aussi évoquer des sujets qui fachent comme le mariage homosexuel, les défis bioéthiques, l’avortement ou encore l’euthanasie. Devant le Conseil de l’Europe, le souverain pontife devrait encourager les Européens à rester engagés dans le monde et à ne pas se replier sur eux-mêmes. Enfin, François a également prévu de se tourner vers Moscou afin d'appeler à un appaisement en Ukraine. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !