Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice

Justice

Ouverture du procès de Bernard Tapie dans le cadre de l'arbitrage

L'homme d'affaires Bernard Tapie a de nouveau rendez-vous avec la justice ce lundi 11 mars dans le cadre de l'arbitrage qui lui avait accordé plus de 400 millions d'euros. Six prévenus sont convoqués devant la 11e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.

Près de dix ans après l'arbitrage pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais, Bernard Tapie est jugé à partir de ce lundi 11 mars devant le tribunal correctionnel de Paris. Il est accusé "d'escroquerie" et de "détournement de fonds" notamment.

Bernard Tapie s'est confié à la rédaction de RTL ce lundi 11 mars. 

"Je suis dans l'état d'esprit de quelqu'un qui va enfin rétablir un certain nombre de vérités. Ce n'est pas le plus beau jour de ma vie, mais c'est un jour indispensable".

Bernard Tapie souhaite profiter du procès pour défendre son honneur et pour donner sa version des faits : 

"On va apporter toutes les pièces qui étaient dans le dossier et que l’instruction n’a pas souhaité sortir. On va tout mettre sur la table. Et la justice décidera (...) J’ai plein de défauts, on n’a pas fait que des choses bien, mais atteindre mon honneur sur ce point-là, ça me dégoûte car j’ai toujours été allergique à ça".

Bernard Tapie a décidé d'arrêter son traitement médical le temps du procès. Il est atteint d'un cancer du pancréas. L'homme d'affaire est "toujours optimiste". Bernard Tapie est jugé aux côtés du patron d'Orange, Stéphane Richard et de quatre autres prévenus dans l'affaire de l'arbitrage annulé. Au total, quatre semaines d'audience sont prévues jusqu'au 5 avril. 

Après plus de cinq ans d'instruction, les juges Claire Thépaut et Serge Tournaire ont décidé de renvoyer six personnes devant le tribunal correctionnel : Bernard Tapie, Maurice Lantourne (son avocat), Stéphane Richard (PDG d'Orange et ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, ministre de l'Economie et des Finances, au moment des faits), Pierre Estoup (ancien président de la cour d'appel de Versailles), Jean-François Rocchi (ancien président du Consortium de réalisation) et Bernard Scemama (ancien président de l'Etablissement public de financement et de restructuration). 

L'arbitrage a été annulé au civil pour "fraude" et Bernard Tapie a été condamné définitivement en mai 2017 à rembourser les sommes perçues. 

Le volet pénal de cette affaire s'ouvre donc en ce lundi 11 mars 2019. Bernard Tapie et les autres prévenus vont comparaître pour "complicité de détournement de fonds publics" et pour "escroquerie", soit en tant qu'auteurs, soit en tant que complices. Les juges d'instruction les soupçonnent de manœuvres frauduleuses (dont des démarches auprès de Nicolas Sarkozy) au profit de Bernard Tapie. Ils encourent jusqu'à dix ans de prison.

RTL
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.