Otages de l'Etat islamique : une vidéo annoncerait l'exécution d'un des Japonais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Otages de l'Etat islamique : une vidéo annoncerait l'exécution d'un des Japonais
©

Horreur

Otages de l'Etat islamique : une vidéo annoncerait l'exécution d'un des Japonais

Le gouvernement japonais est en train de vérifier l'authenticité d'une vidéo annonçant l'exécution d'un otage de l'EI.

"Une nouvelle vidéo présentant apparemment (Kenji) Goto a été postée sur internet (...), nous rassemblons les informations", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d'un point de presse dans la nuit de samedi à dimanche, un peu après minuit (heure de Tokyo).

Dans la vidéo, on entend une voix qui serait celle de Kenji Goto appelant le premier ministre japonais Shinzo Abe à l'aide pour le faire libérer. "Vous avez vu la photo de mon compagnon de cellule Haruna abattus dans le pays d’ISIS. Vous avez été prévenu", déclarerait Kenji Goto.

Selon ce document, le deuxième otage, Haruna Yukawa, aurait donc été tué par ses ravisseurs jihadistes.

L'authenticité de cette nouvelle vidéo n'est pas établie. Elle présenterait diverses étrangetés (mise en scène inhabituelle, absence de "logo" du groupe État islamique, pas de références religieuses).

Cette publication intervient 36 heures après l'expiration de l'ultimatum de 72 heures posé mardi dernier par les islamistes de l'EI. Ils menaçaient d'exécuter les deux Japonais à moins de recevoir une rançon de 200 millions de dollars. Selon cette vidéo, les demandes de l'EI auraient changé : le groupe terroriste exigerait la libération de Sajida al-Rishawi, une Irakienne condamnée à mort et détenue en Jordanie depuis sa tentative échouée d’attentat suicide à Amann en 2005.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !