Oslo : la police reconnaît une erreur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Oslo : la police reconnaît
une erreur
©

Tuerie d'Utøya

Oslo : la police reconnaît une erreur

L'intervention contre Breivik aurait pu être plus rapide. Le tueur qui aurait pu filmer son massacre.

La police norvégienne aurait pu se rendre sur l'île d'Utøya plus rapidement.

Un responsable reconnaît que le point d'embarquement retenu par les forces spéciales n'était pas le plus indiqué pour rejoindre le lieu de la tuerie. Il était situé à 3,6 kilomètres de l'île. Un autre endroit possible était à seulement 670 mètres de l'objectif.

Sur une vidéo diffusée sur le site de la chaîne de télévision norvégienne NRK, on voit une dizaine de policiers sur un petit canot qui progresse lentement sur l'eau (il est surchargé). Une panne de moteur ralentira encore la progression des forces spéciales, qui seront aidées par des bateaux civils.

La police interviendra contre Anders Breivik près d'une heure après le premier signalement du drame qui fera 69 victimes.

La police indique par ailleurs qu'Anders Breivik était sous l'emprise de produits illégaux pendant son crime, dont des stéroïdes anabolisants. D'autres sources proches de l'enquête indiquent que la police serait à la recherche d'une éventuelle bande vidéo de la tuerie. Breivik aurait en effet pu filmer ses actes.

Ses boîtes mail ont enfin été piratées par des hackers norvégiens qui en auraient remis le contenu à un journaliste indépendant. La justice ne pourrait pas les utiliser au motif qu'elles auraient été acquises de manière illégale. En cas de recours auprès des hébergeurs, il faudra alors prouver que ces pièces à conviction n'ont pas été manipulées par un tiers pour devenir recevables. Ce qui ne semble plus le cas, désormais...

http://lci.tf1.fr/monde/europe/carnage-en-norvege-la-police-esquisse-un-mea-culpa-6633862.html

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !