Norvège : le procès n'aura pas lieu avant 2012 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Norvège : le procès n'aura pas lieu avant 2012
©

Carnage

Norvège : le procès n'aura pas lieu avant 2012

Le tueur de 32 ans qui a reconnu avoir causé la mort de 76 personnes a été mis à l'isolement pour 4 semaines. Il ne plaidera pas coupable. Son père estime qu'il aurait dû se suicider.

[Mis à jour le 28 juillet]

Il a été reconnu coupable du carnage qui a frappé la Norvège en plein cœur et ébranlé l'opinion publique. Toutefois Anders Behring Breivik, ne pourra pas être inculpé ni traduit en justice avant 2012, souligne le procureur du Roi. Il ajoute, " nous espérons pouvoir organiser un procès au cours de l'année prochaine."

Le procureur Tor Aksel Busch, la plus haute autorité du parquet en Norvège, précise cependant que " l'inculpation ne sera pas prête avant la fin de l'année, c'est le point de départ".

A l'heure actuelle, Anders Behring Breivik bénéficie du statut de "suspect officiel", une mise en examen préliminaire propre aux pays scandinaves.

[Mis à jour le 26 juillet à 11h45]

Anders Behring Breivik pourrait être poursuivi pour "crimes contre l'humanité". C'est en tout cas ce qu'envisagerait la police. Cette disposition a été introduite dans le droit norvégien en 2008, et prévoit une peine maximale de 30 ans de prison.

Ce lundi, un rassemblement a réuni entre 100 000 et 150 000 personnes dans les rues d'Oslo (soit un sixième de la population de la ville). "Le mal peut tuer une personne, mais il ne peut tuer un peuple", a notamment déclaré le Premier ministre devant une foule si dense qu'elle n'a pu défiler dans les artères de la capitale norvégienne.

[Mis à jour à 18h10]

Pendant sa détention provisoire de 8 semaines, Anders Behring Breivik sera mis à l'isolement total pendant 4 semaines. Ainsi en a décidé le juge devant lequel l'auteur de la fusillade a comparu ce lundi.

Anders Behring Breivik a reconnu les faits, mais ne plaide pas coupable. Il a expliqué qu'il avait voulu limiter le nombre de nouveaux adhérents du Parti travailliste responsable, selon lui, de l'afflux de musulmans en Norvège. Il dénonce par ailleurs l'influence du marxisme sur son pays, et indique qu'il est prêt à passer le reste de sa vie en prison. (La peine maximale prévue par la loi norvégienne est de 21 ans).

Anders Behring Breivik a également évoqué l'existence de "deux autres cellules" de son organisation. La police tente actuellement d'en savoir plus. Son père a indiqué que son fils aurait dû se suicider plutôt que de tuer autant de personnes.

Le bilan de la double attaque a enfin été revu à la baisse en raison de la difficulté de synthétiser les données collectées à Utoya. On compte désormais 68 morts sur l'île, et 8 dans l'explosion devant les bureaux du Premier ministre norvégien.

[Mis à jour lundi 25 juillet à 10h30]

Anders Behring Breivik, l'auteur présumé de la tuerie qui a fait à ce jour 86 morts sur l'île d'Utoya, devrait comparaître devant un juge ce lundi après-midi. Il devrait être placé en détention provisoire pour 8 semaines. C'est une mesure exceptionnelle au vu de la procédure norvégienne qui ne prévoit théoriquement que jusqu'à 4 semaines de détention provisoire.

Le suspect a reconnu les faits, mais pas "sa responsabilité criminelle". Il aurait indiqué vouloir comparaître en public, mais la police norvégienne ne souhaiterait pas lui offrir une telle tribune.

Selon Le Figaro.fr, Anders Behring Breivik aurait initialement prévu de tuer une ancienne Premier ministre de Norvège, présente sur l'île avant l'arrivée du tueur.


[Mis à jour dimanche 14h30]

Anders Behring Breivik, le Norvégien suspecté d'être l'auteur des deux attentats qui ont ensanglanté la Norvège et dont le bilan final pourrait atteindre les 100 morts a expliqué aux policiers que son acte était "cruel" mais "nécessaire" afin d'avoir un impact idéologique maximum. Le jeune Norvégien âgé de 32 ans aurait indiqué que l'usage du terrorisme était à ses yeux "un moyen d'éveiller les masses" et qu'il était prêt à assumer d'être perçu comme le "plus grand monstre depuis la seconde guerre mondiale". 

Quelques heures avant le double drame, il avait mis en ligne sur le web un très long  manifeste de 1500 pages décrivant la préparation des attentats depuis 2009 et précisant ses motivations. Intitulé "2083 : une déclaration européenne d'indépendance", ce texte dénonce "la colonisation islamique et l'islamisation de l'Europe occidentale" et "la montée d'un multiculturalisme/marxisme culturel".

Le parti travailliste au pouvoir en Norvège défend des positions favorables à l'immigration. 

Une messe en hommage aux victimes a eu lieu ce dimanche matin dans la cathédrale d'Oslo en présence de la famille royale norvégienne et des principales autorités du pays dont le premier ministre Jens Stoltenberg.

Selon plusieurs médias norvégiens, la police aurait procédé à plusieurs interpellations ce dimanche en lien avec le double attentat.

Samedi soir le bilan officiel de l'attentat à la bombe, et du carnage qui a suivi sur une île atteignait 92 morts. L'auteur présumé serait Anders Behring Breivik, un Norvégien, célibataire, âgé de 32 ans, directeur d'une ferme biologique, présenté comme un "fondamentaliste chrétien".

Ce qui contredit les nombreuses hypothèses émises vendredi, par les médias internationaux (français compris, voir l'éditorial et la page 2 de Libération daté de ce samedi qui développe longuement cette thèse) sans aucune preuve, d'un attentat islamiste plus ou moins lié au réseau Al Qaïda, à l'intervention en Libye, ou en Afghanistan.

Le massacre commis sur l'île d'Utoya a été perpétré après l'explosion d'une voiture dans le centre ville d'Oslo (où la zone concernée est actuellement interdite et gardée par des militaires armés). La police a été prévenue à 17 h par les appels téléphoniques de jeunes participants à un rassemblement, l'université d'été du parti travailliste au pouvoir en Norvège. Les policiers sont arrivés sur les lieux à 18h20, et ont arrêté le suspect qui n'a pas résisté (et aurait reconnu être l'auteur des tirs) à 18h35.

Le bilan annoncé n'est pas encore définitif, il y aurait encore des disparus dont les corps n'auraient pas été retrouvés, malgré l'intervention de plongeurs.

[Mis à jour le 26 juillet à 11h45]

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !