Orages, pluies, vents, inondation : 18 départements placés en vigilance orange | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Orages, pluies, vents, inondation : 18 départements placés en vigilance orange
©

Vigilance

Orages, pluies, vents, inondation : 18 départements placés en vigilance orange

L'alerte lancée par Météo France concerne le grand quart Sud-Ouest de la France et est valable de mardi 23 heures à mercredi 14 heures.

Ce mardi après-midi, Météo France a mis en garde contre "un épisode pluvio-orageux très inhabituel pour la saison". L'organisme recommande aussi la plus grande vigilance quant à de "très fortes rafales de vent sur la zone côtière allant de la Charente Maritime au Pays basque, en deuxième partie de nuit". Au total, ce sont 18 départements d'un grand quart Sud-Ouest de la France ont été placés en vigilance orange pour orages, vents et pluie-inondation à compter de mardi 23 heures, et jusqu'à 14 heures mercredi.

Il s'agit des départements suivants : la Charente (16), la Charente-Maritime (17), les Deux-Sèvres (79), la Vienne (86), la Gironde (33),  la Vendée (85), l'Ariège (09), le Cher (18), la Creuse (23), la Dordogne (24), la Haute-Garonne (31), le Gers (32), l'Indre (36), les Landes (40), le Lot-et-Garonne (47), les Pyrénées-Atlantiques (64), les Hautes-Pyrénées (65) et la Haute-Vienne (87).

Selon Météo-France, relayé par Métronews, la perturbation, qui doit se former en fin d'après-midi dans le golfe de Gascogne, va provoquer d'intenses précipitations. Ainsi de 40 à 60 mm de cumuls de précipitations sont attendus en moins de 12 heures. De la grêle et des rafales de vent pouvant aller jusqu'à 100 km/h sont également à prévoir, notamment en Charente, en Charente-Maritime et en Gironde. 

Lu sur Metronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !