Obama : pas de photos de Ben Laden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Obama : pas de
photos de Ben Laden
©

Blackout

Obama : pas de photos de Ben Laden

Barack Obama estime qu'une diffusion de ces images mettrait en danger la sécurité des Etats-Unis.

Le monde entier les attend depuis dimanche, mais Barack Obama a annoncé que les Etats-Unis ne diffuseraient pas de photos du cadavre d'Oussama Ben Laden :

"Il est important de ne pas laisser des preuves photographiques horribles dans la nature comme un outil d’incitation à la violence ou de propagande. Ce n’est pas dans notre genre. [...] Nous n’arborons pas ce genre de choses comme des trophées."

Le choix de Barack Obama divise la classe politique américaine. The Atlantic a fait la liste des arguments contre. L'un des avis les moins nuancés est l'oeuvre de Sarah Palin, qui demande sur Twitter à voir ces documents : "Montrez les photos pour avertir tous les autres qui cherchent la destruction de l'Amérique. Pas de chichis, pas de politicaillerie, pas de drame ; cela fait partie de la mission." Un éditorialiste de Slate renchérit que le pays est prêt à voir des images dures, après avoir dû affronter celles de la mort de Daniel Pearl ou de la prison d'Abu Ghraib. 

Le refus de Barack Obama mettra-t-il fin aux spéculations ? Rien n'est moins sûr. Mercredi, déjà, trois sénateurs américains ont affirmé avoir vu des photos du cadavre de Ben Laden, avant de se rétracter quelques heures plus tard. De fausses images avaient apparemment circulé parmi les parlementaires.

Les plus curieux analyseront avec attention une série de photos diffusées par Reuters. Prises par des officiers pakistanais une heure après l'attaque de dimanche, elle montre les corps ensanglantés de plusieurs compagnons de Ben Laden.

Lu sur RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !