Nucléaire : les Etats-Unis ont frôlé la catastrophe en 1961 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Un document déclassifié du gouvernement américain révèle qu'une bombe atomique a failli exploser en Caroline du Nord en 1961.
Un document déclassifié du gouvernement américain révèle qu'une bombe atomique a failli exploser en Caroline du Nord en 1961.
©

De justesse

Nucléaire : les Etats-Unis ont frôlé la catastrophe en 1961

Le Guardian révèle qu'une bombe atomique 260 fois plus puissante que celle d'Hiroshima a failli exploser en janvier 1961 en Caroline du Nord.

Le 23 janvier 1961, les Etats-Unis ont échappé de justesse à une véritable catastrophe. Ce jour-là, une bombe atomique américaine 260 fois plus puissante que celle d'Hiroshima a failli exploser en Caroline du Nord, selon un document déclassifié repris vendredi par le Guardian. Ce rapport, jusqu'à présent tenu secret, explique qu'un bombardier B-52 s'est disloqué en vol, laissant échapper deux bombes Mark 39 à hydrogène au-dessus de la ville de Goldsboro.

L'une des deux bombes s'est alors comportée exactement comme si elle avait été larguée volontairement : son parachute s'est ouvert et le processus de mise à feu s'est enclenché, malgré les mécanismes de sécurité, détaille le quotidien britannique. Un simple interrupteur à faible voltage a permis d'éviter le drame. La catastrophe aurait pu affecter les villes de Washington, Baltimore, Philadelphie et même New York, mettant "des millions de vies en danger", note le journal.

Autre découverte du Guardian : au moins "700 accidents significatifs et incidents impliquant 1 250 armes nucléaires ont été enregistrés entre 1950 et 1968" par le gouvernement.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !