NSA : le chef de l'agence d'espionnage réagit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La NSA, agence d'espionnage américaine, est au coeur d'un scandale d'écoutes et de surveillance d'internet
La NSA, agence d'espionnage américaine, est au coeur d'un scandale d'écoutes et de surveillance d'internet
©Reuters

Mise au point

NSA : le chef de l'agence d'espionnage réagit

Alors que l'affaire de la surveillance d'internet aux Etats-Unis éclabousse l'administration Obama, le chef de la NSA s'est exprimé mercredi soir devant le Sénat américain, en justifiant la nécessité du programme "Prism".

"Il s'agit de dizaines d'actes terroristes que ce programme a contribué à empêcher (...) ici et à l'étranger". Voilà ce qu'a pu dire lors de son discours devant le Sénat américain le général Keith Alexander, le chef de la NSA (National Security Agency). Invité à réagir au scandale provoqué par les révélations d'Ed Snowden, ancien sous-traitant de l'agence d'espionnage, le général s'est ainsi justifié : grâce au programme de surveillance d'internet baptisé "Prism", lancé en 2007, les Etats-Unis ont ainsi pu déjouer à temps une dizaine d'attentats, dont une dans le métro new yorkais en 2009.

Conscient du tollé suscité, "étant donné la nature de notre travail, bien sûr, peu de personnes en dehors des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire peuvent connaître les détails de ce que nous faisons", le général a part là reconnu que son agence pouvait susciter de gros fantasmes.

Barack Obama est attendu en Allemagne (pays cible du Prism)  la semaine prochaine. Le président américain également attendu pour s'expliquer sur cette affaire. Après des années sous la coupe de la Stasi, la police secrète d'Allemagne de l'Est), les Allemands sont très sensibles aux libertés individuelles.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !