Notre-Dame-des-Landes : la manifestation dégénère | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Notre-Dame-des-Landes : la manifestation dégénère
©

Mais que fait la police ?

Notre-Dame-des-Landes : la manifestation dégénère

Plusieurs incidents ont émaillé la manifestation contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Quatre policiers ont été blessés.

Plusieurs milliers d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se sont retrouvé à Nantes, ce samedi. Les sénateur et la députée européenne Europe Ecologie - Les Verts, Jean-Vincent Placé et Eva Joly , faisaient notamment partie du cortège. "La mobilisation est grande ici aujourd'hui. Nous sommes ici pour montrer notre détermination pour l'abandon de ce projet inutile et coûteux en cette période de pénurie", a déclaré Eva Joly.

Plusieurs incidents ont émaillé cette manifestation. La mairie de Nantes, un poste de police et une agence Vinci, concessionnaire du projet d'aéroport, ont été dégradés. "Des objets ont été lancés sur les caténaires SNCF afin de bloquer la circulation des trains", relèveLe Figaro.

"Les organisateurs sont débordés par la frange radicale sur laquelle ils s'appuient depuis le début de ce mouvement", a estimé la préfecture. "Peu importe ce que dira la préfecture, pour vous tous et toutes c'est un grand succès", a répliquéJulien Durand, porte-parole de l'Acipa, la principale organisation d'opposants au projet d'aéroport. Ces incidents "n'ont rien n'a rien à voir avec la manifestation. Cela, d'ailleurs, ne sert pas notre cause", a-t-il rajouté.

Les forces de l'ordre ont essuyé des tirs de projectiles et des jets de peinture. Les incidents ont fait quatre blessés parmi les forces de l'ordre qui ont interpellé une personne, selon la préfecture de Loire-Atlantique.

La manifestation s'est scindée en deux, observe Ouest-France : "une pacifique avec tracteurs et familles et une autre, avec des affrontements qui montent en intensité."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !