NKM, Bartolone, Pellerin… les réactions politiques de la matinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
NKM, Bartolone, Pellerin… les réactions politiques de la matinée
©Reuters

Dans l'actu

NKM, Bartolone, Pellerin… les réactions politiques de la matinée

Le quinquennat Hollande et la réforme fiscale étaient notamment au menu de l’actualité politique de la matinée.

Sur RTL, Nathalie Kosciusko-Morizet a émis le souhait d'un modèle fiscal "beaucoup plus lisible". Dans son programme pour la primaire de la droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, NKM a souhaité que tous les Français paient l'impôt sur le revenu. "Aujourd'hui, on a moins de la moitié des Français qui paient l'impôt sur le revenu. Je pense que c'est un problème", a-t-elle soutenu alors que moins d'un ménage sur deux est imposable. "On a un système très complexe sur la fiscalité, ça crée beaucoup de frustration dans la société. Chacun pense que l'autre profite, ça crée beaucoup de jalousie. Chacun pense, en quelque sorte, qu'il se fait avoir", a jugé la candidate à la primaire de la droite.


Nathalie Kosciusko-Morizet veut l'impôt sur le... par rtl-fr

Invité de la radio RTL, Claude Bartolone  a lui abordé différents thèmes, tels que la réforme constitutionnelle, la lenteur du processus législatif… et François Hollande. "Lorsque les étrangers parlent du président de la République Française, ils le jugent en fonction de l'action. Alors qu'en France, on le juge par rapport au candidat de 2012, estime le président de l'Assemblée nationale. A partir du moment où il va y avoir d'autres candidats, on le jugera en fonction de ce qu'il a fait et de ce qu'il propose, comparé non pas à ses promesses de la dernière campagne, mais à ce que proposent les autres".


Claude Bartolone - "Il faut du temps pour faire... par franceinter

Fleur Pellerin a "tourné la page". L'ancienne ministre de la Culture du gouvernement Valls était l'invitée de Léa Salamé ce jeudi matin et affirme n'avoir pas de rancœur. "Certains peuvent ressentir un manque de pouvoir après l'avoir quitté, moi ce n'est pas mon cas. J'ai toujours compris qu'être ministre, servir un gouvernement, c'est un bail précaire. J'ai tourné la page, je ne cherche pas à démêler les agendas politiques" Interrogé sur son éviction, elle indique avoir du mal à penser que j'ai été virée parce que j'ai fait quelques erreurs de communication. Tout le travail d'un ministre peut-il être réduit au fait de ne pas savoir citer un livre de Modiano ?".


Fleur Pellerin : "J'ai tourné la page" - L... par franceinter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !