NKM à Anne Hidalgo : "un mensonge beaucoup répété, ça ne fait pas une vérité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
NKM à Anne Hidalgo : "un mensonge beaucoup répété, ça ne fait pas une vérité"
©

Leçon de style

NKM à Anne Hidalgo : "un mensonge beaucoup répété, ça ne fait pas une vérité"

Nathalie Kosciusko-Morizet et la candidate socialiste à la mairie de Paris s'écharpent depuis quelques jours sur la question du diesel.

NKM/Anne Hidalgo, la guerre continue et elle est loin de s'arrêter. Jusqu'en juin 2014, les deux femmes vont passer en revue les thèmes de discorde. Et depuis quelques jours, les candidates débattent par médias interposés sur l'utilisation du diesel et son avenir, à Paris. Ce vendredi, Nathalie Kosciusko-Morizet a accusé sa rivale socialiste de mentir sur ce dossier pour dissimuler le "bilan catastrophique". "Anne Hidalgo est en train, dans une fébrilité que chacun peut constater (...), d'essayer de retourner les choses", a expliqué NKM sur i>Télé la candidate de droite. "Un mensonge beaucoup répété, ça ne fait pas une vérité" a-t-elle insisté.

La veille, Anne Hidalgo avait reproché à son adversaire UMP d'avoir "porté le diesel au sommet" quand elle était ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy. Une appréciation fausse selon NKM qui se prononce pour l'arrêt de tout achat de véhicule diesel par la municipalité parisienne.

"Je veux que les flottes municipales à Paris arrêtent avec le diesel, on n'achète plus un seul diesel pour les flottes municipales", a-t-elle souligné. "La municipalité a fait exactement le contraire et essaie de reprendre cette proposition pour venir sur ce sujet, mais malheureusement ils n'ont pas de crédibilité" a-t-elle insisté, "les flottes publiques à Paris n'ont cessé de se dieséliser".

Pas certain que le débat soit clos. Anne Hidalgo devrait répondre à NKM.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !