Nigeria : François Hollande prévoit un conseil sur la sécurité<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nigeria : François Hollande prévoit un conseil sur la sécurité
©

Urgence

A Bakou, le président de la République a annoncé la tenue probable samedi à Paris d'un sommet.

La mobilisation internationale s'intensifie pour aider le Nigeria à retrouver plus de 200 lycéennes enlevées mi-avril par le groupe islamiste armé Boko Haram, au moment où Israël se dit prêt à aider à "les localiser" et Paris à organiser un sommet africain. A Bakou, Français François Hollande a annoncé la tenue probable samedi à Paris d'un sommet de dirigeants africains sur la sécurité au Nigeria et dans sa région.

"J'ai proposé, avec le président nigérian Goodluck Jonathan, une réunion des pays limitrophes du Nigeria", a-t-il déclaré ce dimanche, en marge d'un déplacement dans le Caucase. Il s'agira d'évoquer les questions de sécurité, et notamment le groupe Boko Haram, a précisé l'entourage du président français. La réunion "devrait avoir lieu si les pays en sont d'accord samedi prochain". Des experts américains, britanniques et français sont déjà au Nigeria pour participer aux recherches. La Chine a aussi proposé de partager les informations recueillies par ses services de renseignements et ses satellites.

Goodluck Jonathan, très critiqué pour son inaction dans les jours qui ont suivi l'enlèvement des lycéennes, a affirmé dimanche qu'il était "très optimiste" à propos de l'opération de recherche en cours, grâce à l'appui logistique de la communauté internationale. Le 14 avril, le groupe islamiste armé Boko Haram, dont le nom en langue haoussa signifie "L'éducation occidentale est un péché", avait attaqué un lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et enlevé 276 adolescentes, dont 223 sont toujours captives, selon la police.

Après une relative indifférence initiale des autorités et à l'étranger, la mobilisation des familles et la revendication lundi dernier du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, qui en a fait des "esclaves" et veut les "vendre", ont suscité l'émotion et la solidarité internationales.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !